Bilan 11-12 : Grégory Sertic

 

 

 

Des attentes, toujours des attentes

On avait espéré qu’il puisse gagner de l’expérience lors de son prêt au RC Lens, mais plusieurs éléments ont fait que… Son comportement, peut-être. La situation du club nordiste, aussi. Les entraineurs, probablement. Toujours est-il qu’il était revenu avec une saison moyenne dans les jambes, avec 11 matches sur 23 en tant que titulaire, pour 0 but. Pourtant, il avait réalisé une bonne saison lors du titre de Champion de France, du moins une bonne… fin de saison ! Intégré dans un effectif bien huilé, il avait réalisé des matches de qualité pour combler les absences et la fatigue de ses coéquipiers… Très en vue à l’époque en CFA, ce n’était que juste récompense… Qu’en est-il réellement aujourd’hui ?

 

 

 

Un début de saison chaotique

On aurait pu croire qu’il aurait un rôle à jouer au milieu, en tant que milieu-défensif-relayeur. On lui donna d’ailleurs sa chance dès la deuxième journée à Lorient, où il se fait exclure à la 78ème minute ; puis Bordeaux encaisse un but dans la foulée. Francis Gillot lui redonne sa chance en Coupe de la Ligue 15 jours plus tard, et c’est l’élimination dès le premier tour face à Saint-Etienne. Il est aussi de la déroute face à Toulouse en étant entré à un quart d’heure de la fin. Remplaçant ensuite jusqu’en décembre, titulaire dans les trois matches de Coupe de France (deux victoires aux tirs aux but, et une défaite), il réalisera sa seule et unique passe décisive au Stadium Nord de Villeneuve d’Ascq lors de l’excitante victoire bordelaise (4-5). Dernier match comme titulaire pour lui le 17 mars contre Ajaccio à domicile (1-1), puis dernière apparition le 25 mars au Parc des Princes pour une minute de jeu (1-1). Et ensuite ?

 

 

 

 

 

 

La traversée du désert

Plus rien après son dernier match face au Paris Saint-Germain. Aucune entrée en jeu, presque tout le temps mis à disposition de la réserve bordelaise. On ne le voit donc pas sur les terrains, du moins de Ligue 1, mais sur les caméras de Girondins TV de temps à autre, avec quelques insultes sur le ton de l’humour pour Plasil notamment. Un « boute-en-train », telle est sa réputation. Mais sincèrement, on s’en contrefout. Ce que l’on veut, c’est qu’il confirme les espoirs que l’on a placés en lui depuis sa première apparition avec les Girondins, et dès sa deuxième avec son premier but en professionnel (face à Sochaux, en mai 2009, déjà…). Il finira cela dit sur une bonne note, sous l’impulsion de Fahid Ben Khalfallah (oxymore), en cédant ses primes de matches obtenues avec la réserve, à ses plus jeunes coéquipiers.

 

 

 

Sa note Girondins4ever

Peu de matches en tant que titulaire, peu de matches complets, peu de matches de qualité. Cela donne forcément une moyenne, moyenne ! 5/10 pour ce joueur formé au club. Il n’y a cela dit pas tout à jeter comme notamment ce match de Coupe de France face à Saint-Etienne, ou encore le match de l’inauguration du nouveau schéma tactique de Francis Gillot, face à Valenciennes, à Chaban Delmas. De notre côté, nous l’avons trouvé en manque de repères, stagnant dans son niveau de jeu depuis quelques temps maintenant. Le manque de compétition y est aussi forcément pour quelque chose. Mais on ne comprend pas cette éviction lors des derniers mois de compétition. Un problème en interne ? Un manque de jus ? Ou tout simplement un choix quant à ses performances ? Grégory Sertic est, cette saison encore plus, une énigme.

 

 

 

 

 

 

Ses stats

Ligue 1

18 matches dont 6 en tant que titulaire

628 minutes de jeu

0 but

1 passe décisive

4 tirs cadrés sur 13

3 cartons jaunes reçus

1 carton rouge reçu

19 fautes commises (9 à domicile, 10 à l’extérieur)

7 fautes subies (6 à domicile, 1 à l’extérieur)

 

 

Coupe de la Ligue

1 match en tant que titulaire

90 minutes de jeu

 

 

Coupe de France

3 matches dont 3 en tant que titulaire

299 minutes de jeu