Gourvennec s’explique longuement sur le choix de ne pas prolonger Carrasso


Voici tous les propos, complets, de la conférence de presse de Jocelyn Gourvennec sur la non-prolongation de Cédric Carrasso, pour ceux qui ne pourraient pas lire la vidéo (que nous vous avons mise tout en bas de l’article).

 

La décision prise après Saint-Étienne, une fois que le classement final était quasiment assuré

Effectivement, c’est un cas particulier, c’est une annonce qu’on a faite cette semaine. Il y a deux choses sur le cas de Cédric. Le choix sportif de ne pas le renouveler, puis après il y a le timing sur le fait qu’il ne serait pas renouvelé. Cela reste un choix sportif sur lequel on a hésité très longuement et où on s’est décidé après le match face à Saint-Étienne, une fois que les choses étaient à peu près figées en termes de classement final. On s’était fixé la fin de la saison pour se décider. On a forcément hésité compte tenu de la saison de Cédric, du joueur qu’il est et qu’il représente ici. Il a été très performant cette année même s’il n’a pas fait toute la saison. Ça a posé question. Après, on a fait ce choix là, sportif, de ne pas le prolonger. Après, il y a l’aspect timing. Il était évident qu’à partir du moment où on faisait ce choix, qu’on décidait de laisser passer le match de Marseille, forcément ça allait être mal vécu par Cédric d’abord et mal perçu par l’environnement. On a fait le choix sur un avant match de Marseille, parce que c’était Marseille, parce qu’il avait une cinquième place à aller chercher, parce qu’il y avait aussi – et ça c’est lié à l’histoire – une invincibilité à conserver… C’était un match avec une charge émotionnelle importante, avec des enjeux pour le club. On a fait le choix de ne pas rajouter plus d’émotion sur ce match-là. Il n’y a rien d‘autre comme explication. Ça a été un choix pour mettre toute l’énergie sur le collectif et le match de Marseille. Il n’y a pas d’arrière pensée, pas autre chose que ce que je vous dis là. Les conséquences c’est que Cédric n’a pas pu fêter cette fin de match comme il l’aurait souhaité, l’apprécier à sa pleine valeur. On en convient, c’est un inconvénient évidemment, mais ça a été le choix du club.

 

Un choix collectif, pas uniquement l’entraineur

C’est un choix pris par la direction, le Responsable Technique (Ulrich Ramé) et moi. Je dis toujours « on » parce qu’on fait les choix tous ensemble. Avec aussi l’actionnaire qui est partie prenante dans les décisions stratégiques du club.

 

Sa rencontre avec Cédric ce matin

Il a légitimement été un peu déçu et en colère. Je l’ai rencontré très longuement ce matin. J’ai voulu laisser passer la journée d’hier. On a discuté de manière posée et sereine. Ça ne change strictement rien pour moi, l’entraineur, au respect que je porte à Cédric. Je suis sans doute ici à Bordeaux celui qui le connait depuis le plus longtemps parce que je l’ai vu débarquer à 16 ans dans le groupe pro à Marseille quand j’étais joueur. J’ai un relationnel affectif avec lui qui est très ancien et sans doute différent. Je ne l’ai coaché qu’une seule année mais j’ai beaucoup de respect pour le garçon d’abord, et puis pour le joueur aussi et parce que qu’il a représenté et fait à Bordeaux. Ça, les polémiques qui sont sorties et qui auront lieu, ça ne m’affecte pas parce que je sais le respect que je lui porte et je lui ai encore dit ce matin. Je l’ai remercié aussi pour sa saison parce qu’il a fait une grande saison, il a beaucoup aidé le club et l’équipe. Il m’a aidé moi, sur ma première saison bordelaise et je lui suis très reconnaissant de ça. Après, il y aura forcément des commentaires et des interprétations. Vous allez peut-être chercher le pourquoi du comment, mais il n’y a rien d’autre que ce que je vous ai dit là manière très sincère et claire.

 

Il n’y a que ces raisons-là, aucune autre

Quand le choix s’est posé sur la deuxième partie de saison pour préparer la suite, l’hypothèse était soit de prolonger Cédric, ou bien d’aller sur un autre profil, on a eu des relations avec un certains nombre d’autres gardiens et leur entourage, mais aussi avec Cédric et son agent. Il y a eu des discussions, sans qu’il y ait de décision de prise, mais on a fait notre métier, tout simplement, en préparant la suite. Sans s’engager et sans être définitif parce qu’encore une fois, le choix de ne pas renouveler Cédric, quoi qu’il y ait pu être dit, a été un choix difficile parce qu’encore une fois, il y a performance, l’expérience, et le personnage qu’il représente au club.

 

La timing de l’annonce

Une fois qu’on s’était fixé la fin de la saison pour prendre des décisions sur les uns et les autres, et les annoncer aux uns et aux autres, ça a été cette stratégie parce qu’il y avait de l’enjeu, on ne voulait pas sortir du besoin que l’on avait sur la fin de saison de focaliser sur les matches et l’enjeu. Les résultats sont là, on sait qu’on ne finira pas au-delà de la sixième place, la dernière phase est de prendre des décisions et de recevoir les uns et les autres.

 

 

 

Retranscription Girondins4Ever