Le bilan de Bordeaux via Riolo

 

 

 

 

Daniel Riolo a pendant la trêve, effectué les bilans de la première partie de saison, des principaux clubs. Après Paris, Monaco, Marseille et Lyon, il s’attaque cette fois au bilan de Saint-Étienne et Bordeaux. Pour lui, les parcours de ces deux clubs sont identiques : “Voilà plusieurs saisons maintenant que je range ces deux clubs dans une catégorie que j’appelle sans ironie, ni mauvais esprit, celle des seconds couteaux. Cela signifie que ces deux clubs viennent derrière ceux qui annoncent vouloir accéder à la Ligue des champions. Cette compétition semble, en effet, trop grande pour Stéphanois et Bordelais […] Ils se sont partagés les Coupes Nationales la saison dernière. Soulever un trophée au Stade de France, ça suffit à valider le travail d’une saison. Ça suffit aussi à exister. Le problème c’est quand le cadeau qui va avec la Coupe, à savoir le ticket européen, est balancé à la poubelle.”

 

Voilà ce que regrette le consultant de RMC, le parcours de notre club en Coupe d’Europe : “Insultant le passé, l’histoire, ces deux clubs sont allés se faire humilier sur la scène européenne. Bordeaux a admis, dans un exercice de communication pitoyable, se foutre de l’Europe.”

 

Il fait ensuite le bilan de notre club en championnat, expliquant la difficulté pour lui de juger les Girondins : “Au-delà de ce très lourd boulet européen, ces deux équipes ont réalisé, en championnat, une bonne première partie de saison. On nous reproche souvent de ne pas parler de Bordeaux. De ne pas assez regarder les matches, de ne pas faire la bonne analyse. Soit, mais quelle serait la bonne ? Qui est assez fort pour analyser le jeu girondin ? Médiocre en début de saison, Bordeaux est tout près de la zone rouge. Certains parlent même d’un Bordeaux qui va jouer le maintien. Ridicules en Europe, et insultés par Triaud puis par Gillot, les joueurs se bougent enfin. Un redressement sidérant qui les pousse à la 4e place ! Pour les experts, quel est le meilleur match de Bordeaux ? Franchement impossible à dire. Allez je tente, celui à Lorient (3/3). Bordeaux, c’est Diabaté. Capable de beaux gestes et de cagades folles. Que vaut Bordeaux ? On ne sait pas. Où va Bordeaux ? On ne sait pas. C’est 4e comme ça pourrait être 8e ou 12e. Où sera Bordeaux au final ? On ne sait pas. Que veux faire le club ? On ne sait pas. On ne sait rien ou très peu sur Bordeaux…”