Sagnol : “Des raisons identifiées, mais dont on ne préfère pas en parler à l’extérieur”

Willy Sagnol conférence de presse

 

Willy Sagnol ne veut finalement pas sacrifier le jeu, étant toujours persuadé que c’est par le jeu que Bordeaux va réussir à remonter la pente. Mais est-ce qu’on n’est pas trop lisible au niveau du jeu justement ? Nos derniers adversaires ayant parfaitement analysé la chose et nous ayant fait déjouer. “De toute façon c’est toujours compliqué de pouvoir surprendre un adversaire. Pour schématiser, le jeu de Barcelone est lisible aussi, mais la qualité de leurs joueurs fait qu’ils sont difficiles à attraper. Le match face à Sion, les quelques occasions de Cheick, Thomas et Clément, si on en met une ou deux au fond, le débat d’aujourd’hui n’a même pas lieu. Il ne faut pas remettre en cause ce qui a marché jusqu’à présent. La question c’est ‘quoi faire pour qu’on redevienne une équipe qui soit capable d’attaquer par vagues’. Aujourd’hui ce n’est pas le cas donc on a du mal à faire mal”.

 

Personne ne semble avoir réellement de solutions, si ce n’est peut-être faire une série qui amènerait une spirale positive. Si le déchet technique est aussi une constatation implacable (“Notre déchet technique est beaucoup trop élevé pour évoluer à un certain niveau, oui. Mais malheureusement, contre ça, on ne peut pas faire grand-chose… Retourner aux bases ? Les bases en professionnel doivent être acquises. Si elles ne le sont pas c’est qu’il y a eu un problème à un moment”), l’entraineur bordelais a semble-t-il identifié plusieurs autres problèmes qu’il souhaite garder au sein du groupe. “Il y a des raisons qu’on a identifiées, mais dont on ne préfère pas en parler à l’extérieur“.

 

Une question déjà d’ordre tactique, voilà pourquoi le groupe a été resserré avant la rencontre face à Sion “pour mieux travailler parce qu’à 25 ce n’est pas possible”. L’impression que l’équipe est coupée en deux est aussi véridique. “On se doit être un peu plus compacte pour éviter à nos milieux de s’éparpiller”. Parmi ces milieux, Henri Saivet, que son coach voit “beaucoup moins bien”.

 

Mais pas d’inquiétude, si les maux ne sont pas les mêmes que lors de la dernière période difficile de Willy Sagnol, il s’agit d’une nouvelle étape dans la vie d’un entraineur. “On a connu une période difficile en janvier dernier, celle-ci était compliquée aussi, mais on a su redresser la barre. Là, la barre doit être redressée avant fin janvier“.

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4ever