Fargeon : “La mentalité de certains pas plus concernés que ça par ce club”

Fargeon

 

Présent sur Gold FM comme chaque lundi, Philippe Fargeon est revenu sur la victoire des Girondins face à Troyes. « On a gagné, c’est le plus important quand on est dans une spirale comme ça où on a des difficultés, où on n’arrive pas à s’imposer même contre des équipes moins bien classées. Maintenant, on a un moment pour récupérer, se remettre en cause, et continuer sur cette lancée parce que la spirale de la défaite n’est jamais facile à arrêter […] Ce n’est pas le résultat qui a empêché la crise mais la mentalité des Girondins de Bordeaux qui fait que quand tout va mal, tout le monde se sent concerné. Il y a une remise en cause qui devra quand même se faire au niveau des joueurs, de l’organisation, de la volonté des joueurs à défendre ce maillot. Mais de toute façon il fallait que ça commence par une victoire […] Les maux, c’est un entraineur qui a des difficultés à trouver une ossature réelle, dans la mentalité de certains joueurs qui ne sont pas plus concernés que ça par ce club, et des départs qui n’ont pas pu être comblés. On a toujours joué avec les latéraux qui montaient, aujourd’hui on n’en a aucun capable de monter, on leur demande d’abord de défendre. C’est là le problème. Il faut s’entrainer aussi un peu plus, quand on voit le nombre de déchet devant le but. Quel que soit le temps que l’on doit prendre, même si on est fatigué, c’est la base du travail ».

 

Car oui, Bordeaux ne se crée par de grosses occasions. « Ce sont les systèmes de jeu qui ont été adaptés par l’entraineur en fonction des blessures, des absences. Et après c’est du travail, des répétitions. Pour marquer, il faut cadrer, et il y a un travail derrière. On ne peut pas prétendre à gagner et prendre des points si on ne cadre pas”.

 

L’ancien bordelais pense évidemment qu’il y avait du doute avant cette rencontre. L’essentiel, et il se répète, sera dans les prochaines semaines de stabiliser cette équipe. “Il y avait surement du doute et c’est légitime. Cette équipe se cherche, cherche une base, une assise, et l’entraineur a du mal à la trouver. Quand vous changez souvent d’équipe et de stratégie, de personnes, les automatismes ne sont pas là. C’est pour ça que je suis pour persévérer avec un système de jeu et de mêmes joueurs, même avec l’enchainement des matches. S’ils sont usés au bout d’un moment, on les sortira. On oublie un peu les habitudes, il faut un entrainement répété avec les mêmes joueurs, la même stratégie ! Il faut que l’équipe soit la même pendant un certain temps, celui qui n’est pas bon sort. Ainsi, il y a une concurrence qui est saine et une organisation qui est toujours la même […] S’ils sont fatigués à 25 ans, soit on arrête de les écouter, soit on leur demande d’être plus performant”.

 

Retranscription Girondins4ever