Triaud : “Il y a un moment où j’ai explosé, ça a fait du bruit”

Jean-Louis Triaud

 

Sur les ondes d’RMC, Jean-Louis Triaud a minimisé son rôle depuis son arrivée aux Girondins de Bordeaux. “Je suis le facilitateur, je ne suis rien du tout, je fais en sorte d’aider les gens à être performant. Mais je ne vais pas faire d’une chèvre – et on n’en a pas non plus – un Lionel Messi, les miracles ça n’existe pas”.

 

Devant les mauvais résultats, le Président bordelais a reconnu avoir gueulé au sein du vestiaire, mais sans que ça ait forcément l’effet escompté. “Je n’ai rien à cacher, j’ai 20 ans d’expérience dans cette activité et il y en a beaucoup qui vont dire que c’est trop et que cela fait bien longtemps que j’aurais dû arrêter. Ce n’est pas grave ça, je m’en fous. J’ai connu tout à peu près… Sur ces 10-15 dernières années, personne n’a gagné, à part Lyon, autant de titres que Bordeaux, et Paris va bientôt nous dépasser mais ça c’est évident. Il y a un moment ou un autre, j’ai beau essayer d’être réfléchi, posé, avoir du recul, j’ai explosé. Ça a fait du bruit. Mais ça ne sert à rien. S’il suffisait de dire on tape sur la table, on renverse tout, et demain on gagne, je le ferai à tous les matches. Donc je me suis soulagé parce qu’à un moment à force de te retenir tu risques l’ulcère à l’estomac, donc il faut lâcher la vapeur un peu. Mais après il faut prendre les gens, les aider. Ce n’est pas en l’engueulant que tu vas aider le gars. Il faut dialoguer, le soutenir, ce que fait tout le groupe, le club et Willy Sagnol. Il faut être patient et attendre le moment où on va pouvoir sortir de cette spirale négative. Là on voit des clubs dans une spirale positive, elle va durer un temps. Pour certains, ça va aller au bout, pour d’autres ça va s’arrêter. Les clubs qui démarraient très forts et qui sont dans les cinq premiers et qui jouent le maintien, il y en a tous les ans. Mais rassure-vous, on fait attention, on n’est pas idiots”.

 

Retranscription Girondins4ever