Sagnol : “Plutôt que de lui tirer dessus, on devrait l’encourager, le remercier”

Abdou TRAORE / Diego ROLAN

 

“Un Diego Rolan est beaucoup plus efficace quand il joue en pointe que sur le côté droit” a témoigné Willy Sagnol en conférence de presse. L’entraineur bordelais a dû souvent faire jouer des joueurs à d’autres postes pour différentes raisons. Mais il est monté au créneau pour défendre son attaquant uruguayen. “Peut-être que celui qui est le plus impacté par sa préparation plus courte et plus tronquée c’est Diego Rolan. Diego s’est blessé, il est quand même appelé à chaque fois en sélection à chaque fois, et on est tributaire des choix des sélectionneurs ou des cas individuels. Ça peut expliquer peut-être une petite baisse de performance. Je ne comprends pas les critiques qui lui sont adressées actuellement venant de personnes qui se disent normalement aimer les Girondins de Bordeaux. Sans Diego Rolan l’année passée, on n’aurait pas joué de Coupe d’Europe cette année. Les joueurs ont aussi le droit d’avoir des périodes un peu moins bonnes, et il y a des raisons pour Diego : une préparation plus courte, des blessures, peut-être aussi un peu plus de travail qu’il doit fournir à l’entrainement. Mais on a tous eu des périodes où on était moins bien et il l’est peut-être. Mais plutôt que de lui tirer dessus ou de stigmatiser ses dernières performances, on devrait plutôt l’encourager, le remercier pour la saison passée, et d’être avec lui pour lui permettre de retrouver cette superbe là pour qu’il remette des buts importants”.

 

Il explique les différentes raisons de ce moins bien. “Son faux départ peut aussi être un élément, oui. C’est un jeune joueur donc forcément il est impacté par ça. Mais aujourd’hui c’est un joueur des Girondins, il sait que s’il veut partir il lui faudra être performant avec les Girondins et il le sait. Mais n’oublions pas que c’est un jeune joueur, il n’a que 22 ans. Aidons-le plutôt que de stigmatiser ses performances actuelles”. Résultat, aujourd’hui, “il est moins heureux. Un attaquant qui ne marque pas est un attaquant plus malheureux. Mais je suis persuadé que ça va revenir et ce rapidement”.

 

La comparaison avec son passé de joueur professionnel ne se fait pas pour lui. “Moi, je ne me tapais pas des déplacements d’avion de douze heures pour aller jouer en Amérique Latine. Je ne me tapais pas des altitudes à 3000 mètres. Il y a des choses à prendre en compte, il faut aussi savoir comprendre pourquoi un joueur peut être moins bien”.

 

GirondinsTV

Retranscription Girondins4ever