Pablo Castro : “Le fait d’avoir Tite au téléphone, qu’il me confirme que je suis important pour l’équipe, c’est très gratifiant”

DpA_zySXoAARio4

 

Pablo Castro s’est exprimé, en conférence de presse d’avant match avec le Brésil, avec qui il devrait vraisemblablement être titulaire.

« Il ne faut jamais renoncer à ses rêves, il faut toujours y croire, même si avec mes 27 ans, on va dire que ça arrive un peu tard. J’ai beaucoup travaillé, je me suis toujours impliqué à fond et j’ai su rester optimiste, avec l’objectif de pouvoir un jour représenter la sélection brésilienne. Je suis très heureux de cette opportunité et je vais me donner à fond pour pouvoir avoir de nouvelles opportunités alors que l’équipe est en reconstruction. Concernant la façon dont j’ai appris ma convocation, ce fut un moment très émouvant. L’année dernière quand j’étais à Corinthians on parlait beaucoup de la possibilité de me voir en sélection et quand je suis retourné à Bordeaux on a arrêté d’en parler, mais quand on reste positif qu’on travaille bien on se dit qu’il y a toujours une possibilité, on à ce petit espoir… Et un jour je me dirigeais à l’entrainement quand tout à coup j’ai commencé à avoir beaucoup d’appels sur mon téléphone. C’était mon père qui m’appelait. Il m’a dit en pleurant que j’avais été convoqué, j’ai cru à une blague de sa part (rires), il m’a dit qu’il ne blaguait pas. J’ai appelé ma femme qui a confirmé en regardant sur internet, on était vraiment émus. C’est un moment important de ma carrière et je m’en rappellerai toujours […] J’ai eu Edu Gaspar (l’adjoint de Tite, ndlr), et Tite au téléphone, c’est tout nouveau pour moi, je ne savais pas quoi faire alors j’ai en effet posé beaucoup de questions, mais le staff de la sélection est très bien organisé et très professionnel, du coup ça a été très facile au final. Le fait d’avoir Tite au téléphone, qu’il me félicite et qu’il me confirme que je suis important pour l’équipe, c’est très gratifiant pour l’athlète que je suis et ça pousse à progresser encore plus. Du coup en ce moment c’est travail, travail et encore travail ».

Merci David Tavares pour la traduction pour Girondins4Ever