Julien Faubert : “Cela fait très peu de temps que j’ai les 16 ans, mais je les aime comme mes fils”

Julien Faubert a expliqué pourquoi il avait choisi de rejoindre Fréjus où il a été joueur puis entraineur de l’équipe U16. « Je suis arrivé en tant que joueur déjà ici, en National 2, et les choses ont fait que ça a évolué différemment. J’avais une reconversion dans le club qui s’est accélérée. Je suis ici parce que mon meilleur ami, cela fait des années qu’il est ici, et parce que cela reste un club qui a d’énormes ambitions, qui est structuré, qui a un président passionné, quelqu’un qui a un peu mon caractère, de franc, de grande gueule, mais humain. Tout ça a fait que je suis arrivé ici, je m’éclate, et on me donne aussi les moyens et la possibilité de faire ce que j’aime, de pouvoir aussi passer mes diplômes. Ce club est ambitieux, il a une certaine identité, et je remercie ce club et le président parce que je suis dans de très bonnes conditions pour évoluer ».

Il a expliqué également ce qu’il a ressenti dans ce rôle de coach, qui était nouveau pour lui, avec les attentes, les regards notamment qui vont avec ce statut. « Je suis dans la transmission, plus qu’autre chose. Ce qui m’importe, c’est les petits… Je suis content d’avoir les 16 ans, ils sont à un âge intermédiaire, ils se cherchent encore. Je dois gérer aussi les parents parfois, ça je ne le savais pas (rires). Mais ce côté ancien professionnel m’aide beaucoup à ce niveau-là. Quand je prends la parole, je sens une écoute vraiment poussée, des parents également. Mais je n’ai pas de pression forcément parce que je suis dans la transmission, je n’ai pas… j’ai compris qu’à ce niveau-là, l’aspect compétition était important, mais il y a aussi l’aspect évolution. J’essaye de faire progresser les petits le plus possible. Je suis quelqu’un d’assez proche, j’ai un garçon qui est un ou deux ans plus jeune, qui a à peu près le même âge qu’eux. J’ai ce côté papa où je suis quelqu’un d’assez cool. Mais je suis très strict sur le respect et le comportement parce que je pars du principe que ça peut les aider aussi dans la vie de tous les jours d’être à l’heure, le respect avec moi et entre eux également. Je suis très proche de mes joueurs. Cela fait très peu de temps que j’ai les 16 ans, mais je les aime comme mes fils. C’est important. Tant que tu donnes, tant qu’on me rend aussi… Je ne ferai pas différemment avec mes fils, et ça se passe super bien ».

Retranscription Girondins4Ever

https://www.instagram.com/tv/CDMmOPAqX5u/?hl=fr

https://www.instagram.com/tv/CDMmOPAqX5u/?hl=fr