Damien Perrinelle : “Quand tu vois d’autant plus qu’on va peut-être se servir de toi pour faire une plus-value, comme une marchandise…”

Un nouveau débat a eu lieu dans l’After : “Pourquoi les jeunes dans les centres de formation n’ont plus le sentiment d’appartenance et ne s’identifient plus aux joueurs de l’équipe première ?”. Une question qui concerne forcément notre centre de formation actuellement. Voici donc l’avis de Damien Perrinelle sur le sujet, où les Girondins de Bordeaux sont bien sûr cités.

« Quand tu as un club qui investit dans un centre de formation, sa première idée c’est de rentabiliser son investissement… Derrière, de vendre ses joueurs… Dans l’absolu, on aimerait que Kimpembe fasse toute sa carrière au PSG parce que c’est le Titi parisien, celui qui sert de grand frère, qui intègre le groupe, comme Mamadou Sakho… Mais au bout d’un moment tu as une logique sportive et économique qui fait que ce n’est plus possible […] Est-ce qu’un jeune joueur aujourd’hui s’identifie à un quelqu’un du groupe professionnel fidèle à son club ? Le premier axe, c’est que déjà, les éducateurs qui sont au club, dans les centres de formation, se sentent investis d’une mission et que eux, déjà, aiment leur club. Dans le but qu’ils puissent transmettre cet amour du club, cet amour de l’entité, aux joueurs. Ces dernières années, je pense que les joueurs et les éducateurs des centres de formation, ne s’identifiaient pas assez à leur club. Deuxième axe, quand tu es dans un centre de formation et que tu vois ton copain qui a été bon une année, mais que la saison suivante ça se passe moins bien, puis qu’il se fait virer, tu te dis qu’en fait, les clubs sont sans pitié. Le sentiment d’être désiré ailleurs est presque humain. C’est triste mais c’est humain. Quand tu vois d’autant plus qu’on va peut-être se servir de toi pour faire une plus-value, comme une marchandise – même si tout le monde y trouve son intérêt – mais comme une valeur marchande… Tu te dis, ‘pourquoi je ne prendrais pas les choses en mains, et que je me valoriserai ailleurs ?’ ».

RMC

Retranscription Girondins4Ever