Bruno Basto : “Je dis souvent aux joueurs ‘si tu as la chance un jour que Bordeaux t’appelle, il ne faut jamais dire non’”

Sur Girondins Analyse (Twitch), Bruno Basto, l’ancien latéral des Girondins de Bordeaux – désormais agent – a évoqué les quatre années passées en Gironde. Il n’en garde que des bons souvenirs.

 « Il y a eu des bons et des mauvais moments dans les quatre saisons à Bordeaux. Mais j’ai eu la chance de jouer cependant à chaque fois avec quatre super équipes. Paueta, Jean-Claude Darcheville, Pascal Feindouno, Marc Wilmots, Alain Roche, Camel Meriem, Vikash Dhorasoo, Savio, Eduardo Costa, Christian, Marco Caneira, Albert Riera, Albert Celades, David Jemmali, François Grenet, Laurent Batlles… On avait de super équipes […] J’ai joué avec des super joueurs, et des super personnes, on reste encore amis dans la vie. C’est comme la famille. Il y avait des caractères différents, mais on défendait tous la même équipe […] Beaucoup sont devenus coaches, agents, d’autres sont consultants, Pauleta est à la Fédération portugaise. On reste dans le foot et on peut comme ça toujours travailler un peu ensemble, mais d’une autre façon […] Moi, Bordeaux, c’était vraiment important pour moi. C’était la première fois que je partais à l’étranger, c’est là que je suis devenu pour la première fis papa. C’est un club que je garderai pour tout ça. C’est dur pour moi parce que j’aime tellement cette ville, j’aime tellement ce club, que c’est difficile de choisir un meilleur souvenir à Bordeaux […] C’est une ville magnifique. Et je dis souvent aux joueurs ‘si tu as la chance un jour que Bordeaux t’appelle, il ne faut jamais dire non’. C’est un club dont tu vas te souvenir. Le club, les gens, les conditions de travail, et avec le nouveau stade… C’est difficile de parler mal de Bordeaux parce que j’aime vraiment ce club. Je n’ai que de beaux souvenirs dans ce club […] A Bordeaux, tous les gens m’ont touché de manière différente. Que ce soit le Président, Charles, Elie, Bibi l’intendant… Je me sentais vraiment à l’aise. Je ne peux pas choisir quelqu’un parce que tout le monde m’a beaucoup aidé, tout le monde m’a respecté. Tout le monde été important pour moi […] Si j’avais su la suite, je ne serais jamais parti de Bordeaux. C’est une des erreurs de ma carrière, d’accepter de partir des Girondins de Bordeaux. Je ne veux pas trop parler de ça aujourd’hui, de la fin. On avance (rires) ».

Retranscription Girondins4Ever