Vincent Romain : “Il n’a peut-être pas envoyé un texto à Ben Arfa, mais il savait très bien qu’en disant ça, ça allait être repris”

Vincent Romain, journaliste Sud Ouest, a fait remarquer que Jean-Louis Gasset n’avait pas contacté directement Hatem Ben Arfa avant que ce dernier n’arrive aux Girondins de Bordeaux. Une preuve que leur entente est effective, et que la confiance est présente.

« C’est curieux, c’est avec Alain Roche que Ben Arfa a discuté pendant l’été. Mais en même temps, cela montre aussi que la confiance entre les deux est évidente et aveugle, qu’il n’y a pas besoin que l’un déclare à l’autre… Jean-Louis Gasset a quand même fait passer le message en conférence de presse où il disait que c’était un génie du football, un créateur, mais qu’il n’avait pas trop envie de croire au père Noël… Il n’a peut-être pas envoyé un texto à Ben Arfa, mais il savait très bien qu’en disant ça, ça allait être repris, et que cela allait arriver à Ben Arfa. En plus, les contacts entre le clan Ben Arfa et les Girondins remontaient déjà à plusieurs semaines en arrière, donc il n’y avait pas vraiment de surprise. Hatem Ben Arfa savait que Jean-Louis Gasset voulait qu’il vienne. Ca a tardé parce qu’il y avait le côté financier, il fallait convaincre la direction des Girondins de faire l’effort pour un salaire supplémentaire, sachant que Frédéric Longuépée et King Street s’étaient engagés auprès de la DNCG à vendre trois joueurs durant la saison, et ne pas en recruter un. Il y a seulement François Kamano qui est parti dans les joueurs importants. Toma Basic, qui faisait partie des joueurs avec la plus grosse valeur marchande est toujours là, Youssouf Sabaly aussi. Ca nécessitait un effort financier en allant le chercher. Jusqu’au dernier moment ils ont attendu de voir s’ils pouvaient vendre quelqu’un et faire rentrer un peu d’argent et ils n’y sont pas parvenus. Et Jean-Louis Gasset a été convaincant pour montrer à sa direction qu’il y avait vraiment besoin d’un joueur en plus dans le secteur offensif. Sachant que Ben Arfa voulait vraiment venir à Bordeaux et que c’était sa priorité, si le deal ne se faisait pas le dernier jour du mercato mais le lendemain ou le surlendemain, finalement ça ne changeait pas grand-chose ».

Retranscription Girondins4Ever