Vincent Romain : “Ce n’est pas sûr que ce documentaire lui ait fait du bien. Les attentes étaient tellement gigantesques que ça ne pouvait qu’engendrer de la déception”

Vincent Romain, journaliste Sud Ouest, est revenu sur le documentaire “A la Clairefontaine” qui a mis en avant la génération 87, dont le joueur des Girondins de Bordeaux, Hatem Ben Arfa, faisait partie.

« Il était âge de 12 ans, et c’est devenu la star de ce documentaire parce que tout le monde savait que c’était le plus fort et le plus doué de toute sa promotion, dans laquelle il est rentré, avec un an de moins que tous les autres ; c’est un cas unique à Clairefontaine. Ce qui veut dire que c’était un talent incroyable. Il a été starifié directement. Tout de suite on l’a conditionné, en disant que c’était le petit prince, le petit prodige, celui sur lequel on pourra compter. Il avait des recruteurs qui lui tournaient autour toutes les semaines puisqu’à Clairefontaine le vendredi, c’est le jour où on rencontre des recruteurs. Et même lui, dans ce documentaire, on sent que ça le gêne. Il explique qu’il a juste envie de jouer au foot. A 12 ans, on se dit qu’il a déjà cette réflexion et ce recul sur sa situation, il s’en était déjà rendu compte. Ce n’est pas sûr que ce documentaire lui ait fait du bien. On n’a jamais vraiment trop parlé mais Abou Diaby, qui était dans la même promotion que lui, avait dit que ça avait fait du mal à cette génération parce qu’elle avait été surexposée. Les attentes étaient tellement gigantesques que ça ne pouvait qu’engendrer de la déception ».

Retranscription Girondins4Ever