Vincent Romain : “Leur but c’est d’installer le club dans le paysage du foot français, de lui redonner un peu ses lettres de noblesse, pas de le revendre en espérant une plus-value”

Dans le dernier Sportcast de Sud OuestNicolas Le Gardien, journaliste pour le média, s’est exprimé sur le projet de Pascal Rigo pour le rachat des Girondins de Bordeaux. Est-ce un projet qui ressemble à celui de GACP ?

« La première différence, c’est que King Street et GACP, en arrivant, c’étaient des gens qui venaient de l’extérieur, qui ont recruté des gens de l’extérieur, donc finalement qui ont acheté le club et une fois arrivés, ils ont découvert finalement ce qu’était ce club, l’environnement… La différence avec ce projet, c’est que ce sont des gens locaux. Pascal Rigo était de la région, il est proche du club, puisqu’il a participé à des déplacements en Coupe d’Europe… Il connait le club, les gens. Les gens qui sont sur la plaquette (de présentation du projet de rachat) sont des gens qui ont été à l’intérieur du club ou très proches. Il y a au moins cette première chose qui est cette connaissance locale. Après, le business plan, il y a des choses un peu nouvelles comme l’idée lancée d’investir dans d’autres choses à Bordeaux pour les Girondins, pour créer et avoir des revenus autres que les revenus traditionnels de billetterie, droits TV, ventes de joueurs. Il y a des choses intéressantes. Après, le problème reste aussi le coût de départ, parce que le club est dans une situation financière extrêmement délicate, donc de toute façon il faudra amener des fonds frais avant de réussir à revenir à un business model qui sera équilibré, et sain. Au départ, de toute façon, il y aura l’obligation d’amener des fonds. On n’a cependant pas aujourd’hui les réponses de l’objectif sportif, la stratégie sportive. Tout ça est encore à défricher. C’est un projet déjà bien réfléchi parce qu’il y a quand même pas mal d’idées lancées sur la plaquette, mais qui restent déjà à se concrétiser, on n’en est pas encore là… ».

Vincent Romain, journaliste Sud Ouest, précise.

« Il y a quand même une différence à noter entre ce qui a été fait par King Street et GACP il y a deux ans maintenant, et ces nouveaux acquéreurs potentiels. La philosophie n’est pas de racheter le club pour le faire un peu prospérer, dans l’espoir d’une revente avec plus-value dans quelques années. Ce sont quand même des gens locaux et attachés au club, et leur but c’est d’installer le club dans le paysage du foot français, de lui redonner un peu ses lettres de noblesse, et de le remettre à la place où il était habitué à être il y a quelques années. Ce n’est pas de le revendre dans dix ans en espérant faire une plus-value. Eux, ils sont a priori animés par de bonnes intentions et pas seulement des intentions financières ».

Retranscription Girondins4Ever