[J15] Les Tops-Flops Girondins4Ever de Bordeaux/Saint-Etienne

Les Tops

Benoit Costil (6). Comme face à Lille, le score aurait pu être plus sévère sans le portier des Girondins. Il a empêché le 0-2 juste avant l’égalisation et plusieurs arrêts décisifs en seconde mi-temps. On peut juste regretter son placement un peu trop avancé (comme souvent) sur le 1er but même si la frappe est chirurgicale.

Hwang Ui-Jo (6). Une première mi-temps de haute volée avec de nombreux appels intéressants et un vrai but d’attaquant. Il a eu plus de difficultés à rentrer au début de la seconde période avec des mauvais choix et des erreurs techniques. Il ne méritait pas malgré tout d’être remplacé si rapidement. Son mécontentement visible lors de son changement est compréhensible.

Les Flops 

Josh Maja (2). Une accélération et une belle frappe du gauche en fin de première mi-temps, voilà le Josh Maja qu’on aime voir. Malheureusement cette spontanéité n’existe quasiment plus chez le nigérian. On le voit parfois revenir défendre jusqu’à 20 mètres de notre but, alors qu’on aimerait le voir faire plus de courses vers l’avant. Ce mois de décembre devait lui permettre de retrouver son instinct de buteur, il est devenu un joueur de pivot, en progrès, mais est ce-vraiment ce que l’on attend de ce joueur ?

Toma Basic, Yacine Adli (3). Ils devaient être les joueurs nous permettant une meilleure transition dans le jeu vers l’avant. Trop brouillons et souvent mal positionnés, ils ont été à l’image de l’équipe, désordonnée. Donnant une impression de maîtrise chez les stéphanois et le sentiment que notre équipe a joué par à-coups.

Jouer 45 minutes et gagner un match ? Contre Lille, Bordeaux a joué la première mi-temps puis s’est éteint. Contre Saint-Etienne, il a fallu 20 minutes en première mi-temps et 25 en seconde pour se mettre dans la rencontre. Comment gagner un match dans ces conditions ? L’équipe n’a malheureusement pas appris de ses erreurs. Nous avions parlé de match piège et d’ingrédients indispensables pour les éviter avant la rencontre. Nous avons fait tout le contraire et la punition est malheureusement méritée. Les 4 changements de Jean-Louis Gasset (d’un coup), ont fini de déstabiliser une équipe qui reste “malade”. Toujours incapable d’enchaîner au moins 2 victoires de suite, nous ne pouvons pas espérer un meilleur classement.