L’incroyable histoire de Daouda Diallo: de la maladie au football professionnel

Il pensait ne plus jamais fouler un terrain et devoir se contenter d’un site de paris sportif. Dernièrement, nous avons obtenu des détails sur l’incroyable histoire du jeune ailier guinéen bordelais Daouda Diallo, qui a lutté contre une maladie très rare qui l’a fait souffrir pendant plusieurs mois.

Diallo est revenu de l’enfer. Le 10 juin 2020, le milieu de terrain né à Conakry a signé son premier contrat professionnel avec Les Girondins. La plus grande des récompenses, car il ne pouvait même pas se tenir debout quelques mois auparavant.

Il y a environ un an, Diallo a commencé à ressentir des contractions dans ses pieds et une paralysie dans ses mains lors d’un entraînement avec les U21 de Guinée. La douleur intense l’a contraint à rester enfermé dans le bungalow de son centre de formation, incapable de dormir ou de bouger : «Pendant deux semaines, j’ai été incapable de dormir. Même les analgésiques n’étaient pas efficaces», dit-il. Personne ne connaissait vraiment à l’époque la nature de ces courbatures, mais la situation a immédiatement suscité de graves inquiétudes.

Sous la supervision de son agent et second père Christophe Hutteau, l’ailier a été immédiatement transféré dans une unité spécialisée de l’hôpital de Bordeaux. Hutteau explique : “C’était comme un film d’horreur. Un jour, une infirmière m’a dit de venir. Le corps du garçon tremblait et convulsait. C’était horrible.” Le jeune ailier souffrait constamment et loin de sa famille. Son seul moyen de rester en contact avec eux était par le téléphone, car il ne le faisait que chaque jour avec l’aide de sédatifs.

Une maladie dégénérative

Cependant, son état a continué de s’aggraver et les médecins n’ont pas pu trouver la source de la maladie. Hutteau explique: «Nous avions peur parce que Daouda avait l’impression que ses mains avaient disparu. Ensuite, la douleur a atteint ses jambes et son thorax. Après plusieurs tests, les médecins ont finalement rendu un verdict effrayant : Diallo avait une souche de lèpre attaquant son système nerveux. Hutteau se souvient: «ils n’avaient jamais rien vu de tel».

La maladie dégénérative contractée par Diallo était unique et a attiré beaucoup d’attention du monde médical, ajoute Hutteau : «Des médecins de toutes les régions d’Europe ont étudié son cas. Heureusement, c’était curable mais le traitement, composé de plusieurs dizaines de pilules, allait prendre un certain temps.” Progressivement, comme le rapportent les médias français, les médicaments de Diallo se sont avérés efficaces et la douleur a finalement commencé à s’estomper.

Malgré sa situation critique, les Girondins n’ont cessé de le surveiller. Lors de son séjour à l’hôpital, ce dernier a reçu la visite quotidienne de nombreux membres du personnel du club, dont Souleymane Cissé et le patron de l’académie des jeunes et ancienne légende française Patrick Battiston. Même le leader de l’un des principaux groupes Ultra de Bordeaux, Florian Brunet, est venu le soutenir dans sa chambre d’hôpital.