Laurent Perpigna : “Les supporters de football et les banlieues ont été en France les deux principaux laboratoires répressifs pour l’Etat français”

Sur Podcastine, et le 5ème épisode de la série des Girondins de Bordeaux, Laurent Perpigna Iban, représentant et porte-parole des Ultramarines, s’est exprimé sur la possibilité de voir une politique encore plus répressive envers les supporters des différents clubs.

« L’histoire l’a prouvé. Sur les interdictions administratives de manifestation durant la crise des gilets jaunes, ce n’était qu’un copier-coller de ce qui avait été appliqué aux supporters avant. Les supporters de football et les banlieues ont été en France les deux principaux laboratoires répressifs pour l’Etat français. Encore aujourd’hui, on voit avec la loi sécurité globale qu’elle puise encore une fois ses racines de ce qui a été appliqué sur les supporters de football. Et ça rejoint quelque chose qu’on a souvent regretté, c’était d’hurler seul dans le désert. Aujourd’hui, il y a une médiatisation de ces questions-là mais croyez-moi, il y a dix ans, la question des droits des supporters, tout le monde s’en foutait. Ce n’était absolument pas une préoccupation. Il y avait une espèce de mépris de classe qui était associée aux supporters de football, qui finalement n’étaient que des personnes avinées, violentes et racistes. Aujourd’hui, la société a évolué et porte un autre regard sur le groupe de supporters, et est en train de se rendre compte que si elle avait été à cette époque-là plus ferme envers ce que les supporters subissaient, aujourd’hui de telles dérives dans notre société n’existeraient pas ».

Retranscription Girondins4Ever