Romain Molina : “Le mec est trop fort, je lui dis bravo, je lui dis ‘grande’ Gérard, tu as compris qu’en donnant 10 minutes de ton temps et un peu d’intérêt à une place VIP, tu peux faire des gens ce que tu veux. Bravo”

Romain Molina s’est exprimé sur la propagande dans le foot en prenant comme exemple l’arrivée récente de Gérard Lopez, qui a racheté les Girondins de Bordeaux à King Street, et qui bénéficie d’une belle côte de popularité du côté de Bordeaux.

« À l’époque, on a offert des places VIP à certains, des fans, etc… Je comprends les mecs. Les mecs sont fans de leur club et du jour au lendemain tu as une nouvelle direction qui te donne de l’intérêt, c’est normal. Tu n’as pas l’habitude. Et ensuite les mecs charmeurs vont se servir de toi quand ils en ont besoin. Ce que fait Gérard Lopez et il l’a toujours fait. Maintenant, tu vas avoir des gens qui vont te dire que Gérard Lopez est magnifique etc… On comprend le bonheur des gens de Bordeaux qui voient que leur club ne tombe pas en ruine et je suis le premier à dire bravo, tant mieux que le club ne tombe pas en ruine, tant mieux que les employés gardent leur boulot. Mais après il faut être raison garder. Il faut expliquer ce qui se passe à Boavista, à Mouscron. Tiens à Boavista, il y a des gens qui ne sont pas payés. À Mouscron, il y a des retards de salaire. Qui est le propriétaire ? Gérard Lopez. Il s’est passé quoi en formule 1 ? Merde !!! Lille a combien de dette aujourd’hui ? Il y a une enquête au Luxembourg, merde c’est vrai. Et là on va te dire que Lopez est magnifique. Regardez la propagande. Mais pourquoi ? Parce que derrière Lopez a appelé tout le monde. Le mec est trop fort, je lui dis bravo, je lui dis grande Gérard, tu as compris qu’en donnant 10 minutes de ton temps et un peu d’intérêt à une place VIP, tu peux faire des gens ce que tu veux. Bravo. Et les gens s’en rendront compte tôt ou tard. Ce n’est pas grave, je les comprends aussi car ils ne sont pas dans le milieu. Et puis il y en a qui sont sciemment corrompus, qui ont des petits intérêts derrière. On ne va pas parler d’une société de transport car après on va dire que je suis complotiste. Tout ça pour dire qu’aujourd’hui à Bordeaux, tant mieux que le club et les employés gardent leur boulot évidemment mais encore une fois quand tu vois tout ce qui se passe avec Gérard Lopez, tu sais qu’il y a des risques. Mais on ne veut pas montrer les risques et on te dit que c’est le sauveur et on le fait passer pour le sauveur. Tout ça ça vient aussi en politique, regardez il n’y a eu que Philippe Poutou à Bordeaux qui a lancé le signal d’alarme en disant ‘regardez le passif’. Pourquoi ? Parce qu’il y a bientôt une élection et qu’on ne veut pas se mettre à dos les électeurs du foot. C’est là qu’on voit la puissance du foot, ce n’est pas l’argent que ça génère mais le pouvoir que ça génère ».

Retranscription Girondins4Ever