Patrice Lair : “Il y avait combien de spectateurs ? Ce n’est pas terrible… Je suis habitué à voir 23000 à Paris, 30000 à Lyon. C’est peut-être beaucoup demander, franchement… Je suis déçu qu’on n’ait pas joué sur Bordeaux”

Patrice Lair s’est montré très cash en conférence de presse d’après match hier soir. Le coach des féminines des Girondins de Bordeaux a apprécié l’état d’esprit de ses joueuses, la présence du public, mais a demandé que le football féminin passe un cap aussi à Bordeaux.

« Il y avait combien de spectateurs ? Ce n’est pas terrible… Je suis habitué à voir 23000 à Paris, 30000 à Lyon. C’est peut-être beaucoup demander, franchement… Je suis déçu qu’on n’ait pas joué sur Bordeaux. Qu’on n’ait pas un stade… Même si le public a été merveilleux, extraordinaire. Je suis comme ça, j’ai eu des problèmes dans les clubs parce que je dis ce que je pense. Ça ne m’empêchera pas à 60 ans, parce que je suis à Bordeaux, de ne pas dire ce que je pense. C’est comme ça. Il faut que le football féminin avance, à Bordeaux aussi. On ne peut pas toujours jouer à l’énergie, ce ne sont pas des robots les filles. Déjà, on avait pas mal de blessées, on perd les meilleures joueuses à l’intersaison… Ce n’est pas comme a qu’il faut attaquer la Coupe d’Europe, il faut garder son groupe, et l’améliorer. Mais les filles ont compensé… Seulement, par une débauche d’énergie qu’on va payer à un certain moment. Vanessa Gilles finit sur les rotules, elle a fini sur les rotules. Je lui ai donné quelques jours de repos, sinon elle va exploser, elle va se blesser… ça va être compliqué ce match de dimanche, mais avec l’état d’esprit, on va aller chercher des points. Après, je les laisserai un peu tranquilles, les joueuses partiront en sélection. Mais le groupe est formidable. De ce côté-là, elles sont super entrainées, mais il faut progresser ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever