Alain Giresse : “Mon transfert à Marseille ? Il a su profiter de différends que j’avais avec les Girondins”

Alain Giresse a réagi à la disparition de Bernard Tapie, qui l’attira à Marseille alors qu’il était en fin de contrat avec les Girondins de Bordeaux.

« Il y a beaucoup de tristesse. On ne s’attendait pas à ce qu’il puisse partir après avoir lutté contre cette maladie, on pensait qu’il allait s’en sortir une nouvelle fois. Malheureusement, voilà… Je pense beaucoup à sa famille notamment […] Mon transfert à Marseille ? Il a su profiter de différends que j’avais avec les Girondins. J’étais libre, il n’y avait pas de transfert. Je lui avais dit que ce n’était pas concevable que je puisse quitter le club. Puis avec tous les problèmes, je suis finalement parti. Il y avait Michel Hidalgo en plus qu’il venait de prendre comme manager. Cela a effectivement créé quelques résonnances mon arrivée à Marseille. C’était le début d’une opposition entre deux fortes personnalités, Claude Bez à Bordeaux qui avait construit ce club également, et Bernard Tapie qui donnait une dimension à l’Olympique de Marseille […] J’ai découvert un Président, un manager, qui s’est plongé dans le milieu du football. Il a su parfaitement se positionner comme Président, avec une autorité, une discipline, une capacité à galvaniser les joueurs, à acquérir un état d’esprit. Et en même temps, il avait une attitude tout à fait bienveillante. Je l’ai vécu à titre personnel, avec de l’attention auprès des joueurs. J’ai eu de sa part une attitude très touchante. Il savait vraiment aller au fond des joueurs pour leur permettre de s’exprimer totalement […] Il était capable de transcender et de faire peur, parce qu’il avait les mots, les comportements. Il était dans la démesure, certes, mais c’était bien cible. Au final, son discours portait sur le plan mental et il était capable de reconditionner une équipe, de lui redonner un élan, de la booster. C’était vraiment un manager qui savait tirer le maximum de chacun ».

RMC

Retranscription Girondins4Ever