Gérard Gili : “Lorsque je vais à Bordeaux, il m’appelle tous les jours, pour que je ne signe pas, me disant que les Girondins et Bez vont avoir des ennuis, que je peux revenir”

Dans La Provence, Gérard Gili est revenu sur sa relation avec Bernard Tapie, après sa démission de l’OM en septembre 1990 lors de l’arrivée de Beckenbauer.

“Il n’avait pas prévu ça, mais je lui ai dit que Franz n’était pas un entraîneur au quotidien. Et moi, je n’ai pas ma place. Lorsque je vais à Bordeaux, il m’appelle tous les jours, pour que je ne signe pas, me disant que les Girondins et Bez vont avoir des ennuis, que je peux revenir. À la fin de la saison, il m’appelle encore pour faire le point sur Didier Deschamps, savoir s’il peut le reprendre”.