Christophe Monzie : “Il y a eu les 25 premières minutes de Dilrosun qui a porté à lui seul l’attaque bordelaise, mais ça n’a été qu’un feu de paille”

Christophe Monzie est revenu sur le match nul entre les Girondins de Bordeaux et le FC Nantes (1-1).

« Un goût d’inachevé, même si le baisser de rideau a été de toute beauté. Les Girondins sont capables de revenir au score, mais en revanche ils ne réussissent pas à conserver un score. On a des bonnes séquences, on a l’impression que de match en match c’est un petit peu mieux à chaque fois… Mais on n’est toujours pas dans les temps de passage avec huit points en dix matches. Ce match face à Nantes aurait dû nous permettre de basculer pour la première fois de la saison avec un nombre de points supérieur au nombre de matches joués. C’est la condition pour se maintenir en Ligue 1 […] Il y a eu les 25 premières minutes de Dilrosun qui a porté à lui seul l’attaque bordelaise. C’est par lui que sont arrivés tous les bons coups, dont l’occasion de Hwang sur la barre. Le problème avec lui, c’est que ça n’a été qu’un feu de paille. Pendant 20 minutes Bordeaux a dominé, a eu la possession… Mais dès que Dilrosun a baissé un peu du nez, tout de suite Bordeaux a reculé de 15m. Les nantais ont commencé à être dangereux, il a fallu que Benoit Costil sorte encore les parades décisives. Même chose en seconde période, Dilrosun a porté un peu l’attaque bordelaise pendant dix minutes, et il s’est éteint. Lorsqu’il est sorti, Samuel Kalu n’a pas réussi à faire oublier le néerlandais […] Dans le dernier quart d’heure, il était temps que le match se termine parce que Petkovic a fait ses changements et a sorti Adli, Dilrosun… On savait qu’avec les entrants ce serait compliqué de faire sauter le verrou nantais ».

ARL

Retranscription Girondins4Ever