[J12] Les Tops-Flops Girondins4Ever après Bordeaux-Reims

Voici les Tops-Flops Girondins4Ever de la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et le Stade de Reims (3-2).

Les Tops

Samuel Kalu (7/10). Il a remplacé le fantomatique Javairô Dilrosun (4) et tout de suite on l’a senti en jambes. Percutant sur son côté gauche, il a fait de nombreuses différences. Passeur décisif sur le coup franc du 2-2, il est encore décisif car c’est son tir qui est détourné par le défenseur rémois. Il mérite sa place contre les parisiens la semaine prochaine.

Jimmy Briand (7/10). Quand on l’a vu apparaître sur la pelouse à 0-2, il n’avait rien du sauveur annoncé. Emprunté lors de ses dernières titularisations et du haut de ses 36 ans, il a démontré qu’il pouvait encore rendre des services à cette équipe. Sa qualité et son calme devant le but ont été précieux dans ces 20 dernières minutes. Chapeau bas pour un grand professionnel.

Les Flops

Rémi Oudin et Javairô Dilrosun (4/10) : Les invisibles. Ils méritent d’être malheureusement dans la même rubrique. Ils devaient animer l’attaque bordelaise et ils ont été malheureusement en-dessous de tout. Pas de décalages, pas de prises de risque et pour le rémois plus que pour le néerlandais un nouveau match sans qui risque de lui coûter sa place de titulaire dans les prochaines semaines.

Fransergio (4/10) : Le brésilien est perdu. Encore une chance de se montrer et encore un match compliqué malgré quelques balles longues intéressantes, il a toujours autant de mal à se positionner et il perd encore trop de ballons. Avec les retours de Jean Onana, Otávio, et le match intéressant de Tom Lacoux, il risque de devenir un joueur de complément dans les prochaines semaines s’il n’arrive pas à s’acclimater. Souvenons-nous tout de même qu’Otávio, à son arrivée, avait eu les mêmes problèmes que son coéquipier brésilien. Laissons lui encore le bénéfice du doute.

Vladimir Petkovic : Entre Top et Flop. Le coach a réussi son pari avec des changements judicieux tout au long de la rencontre mais en même temps comment oublier ces 60 premières minutes où l’équipe a semblé perdue. Notre retour est autant une montée en puissance de notre équipe qu’un écroulement total de l’adversaire. Son animation offensive, sans avant-centre, a été un échec sur toute la ligne. Toujours aucune empreinte sur le jeu, toujours une équipe en réaction. Bordeaux a semblé vraiment à sa place ce dimanche et l’entraineur est tout de même un peu responsable. Son agacement en fin de match, malgré le résultat, doit lui permettre de se poser des questions sur son groupe et son équipe de départ.