Yacine Adli : “De toute façon, comme on se l’est dit, il n’y a plus de place pour les états d’âme. S’il y en a un qui n’est pas content, il sort de l’équipe, on s’en fout”

Yacine Adli, à la remarque d’un journaliste qui expliquait que l’on n’avait pas encore l’impression de voir une équipe sur le terrain, a donné l’état d’esprit des joueurs des Girondins de Bordeaux dès aujourd’hui : soit tu te travailles pour l’équipe, soit tu sors.

« Je pense qu’il y a quand même quelque chose. On sent que ce groupe a envie de vivre ensemble, a envie de travailler ensemble, mais ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il y a aussi un truc qu’on ne peut pas occulter… On a beaucoup de joueur en prêt, beaucoup de joueurs qui veulent prouver, montrer aussi. Il faut trouver cet équilibre qui fait qu’on veuille briller pour l’effectif. Le plus important, c’est l’institution, le club, faire passer le club avant tout. Il faut être capable de passer outre le fait de ‘mettre ses 5 buts, ses passes déc’. Ce n’est pas ça le plus important, c’est l’équipe. On bosse pour l’équipe. De toute façon, comme on se l’est dit, il n’y a plus de place pour les états d’âme. S’il y en a un qui n’est pas content, il sort de l’équipe, on s’en fout. Là, le plus important c’est le club, voilà. Donc, on va travailler tous dans le même sens, et tirer tous la même corde. S’il y a quelqu’un qui veut tirer sa propre corde, il ira le faire tout seul ».

Retranscription Girondins4Ever