Yon Ecenarro : « On a un groupe qui a fui ses responsabilités »

Sur France Bleu Gironde, la journaliste Marie-Corine Cailleteau est revenue sur le match Rennes – Bordeaux en compagnie d’Yvan Plantey et d’Yon Ecenarro. Le premier sujet abordé sans surprise c’est cette claque reçue en Bretagne et ce sentiment d’impuissance de l’équipe et du staff des Girondins.

Marie-Corinne Cailleteau : « Est-ce que vous vous attendiez à une telle claque ? »

Yon Ecenarro :

« Franchement non ! Je vais être très clair, autant je me doutais que ça n’allait pas être simple et on essaye toujours de chercher du positif en se disant qu’on allait ramener un match nul mais à la fin… On a très vite vu que ça allait être très compliqué…[…] C’est l’année des fins de records.. et des nouveaux records mais pas dans le bon sens. »

Yvan Plantey :

« Moi je ne m’y attendais pas. Je me suis dit qu’il y avait quand même des facteurs qui faisaient qu’on pouvait battre cette équipe de Rennes. Ils avaient une défense remaniée, certains joueurs à la CAN dont leur gardien. On se disait qu’il y avait peut-être des motifs de satisfaction pour des Girondins, qui ont passé une semaine bien compliquée avec ces joueurs mis à l’écart… mais on a vite compris que nos joueurs n’y étaient pas. Il n’y avait pas d’osmose, une équipe pas assez compacte, dans les transmissions on n’arrivait pas à ressortir le ballon. »

(Photo by Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport)

Le fameux « électrochoc » ne s’est pas produit, c’est d’ailleurs sur ce point que la journaliste s’est penchée :

Marie-Corinne Cailleteau : « On attendait un électrochoc qui n’a pas eu lieu ! »

Yvan Plantey :

 

« On a les doigts dans la prise mais pour la mauvaise raison. Peut-être que cette défaite peut servir d’électrochoc mais on en a eu tant cette année qu’on peut se dire que cela ne fonctionne plus de cette façon-là. Toute la semaine il y a eu plusieurs annonces de joueurs mis à l’écart mais cet électrochoc n’a pas fonctionné. On a vu une équipe désarmée, en témoigne le milieux Lacoux-Sissokho 19 ans tous deux, c’est sympa mais vous les envoyer au casse-pipe et à la mi-temps les deux sont avertis et il (Petkovic) ne fait pas de changements… »

 

Pour en finir avec le match, Yon Ecenarro a répondu à une dernière question sur cette sensation de peur des joueurs sur le terrain, face à Rennes.

« Est-ce que vous avez ressenti cette sensation de peur des joueurs sur le terrain ? »

Yon Ecenarro :

« Oui, on a eu un groupe qui a fui ses responsabilités en fait. Quand je dis le groupe je parle du staff et des joueurs. On ne demande pas la lune mais des principes de base : Ne jamais abandonner, défendre les couleurs de son équipe de la 1ère à la 90ème minute. Nous on fait tout à moitié… Ok on fait un choix de laisser nos défenseurs défendre, proposer un bloc bas et ne pas participer aux tâches offensives soit, mais il faut savoir relancer proprement et au pire si on n’arrive pas à relancer on met un “grand sac devant”, remonter le bloc… »

 

Retranscription Girondins4Ever