Antony Thiodet : “Dans mon épisode aux Girondins, je n’ignore pas ma part de responsabilité, mais rien ne peut justifier la façon dont j’ai été menacé ou mis au pilori”

    Le revoilà. Pour Sport Buzz Business, Antony Thiodet est revenu sur son passage aux Girondins de Bordeaux. L’ex-directeur de la stratégie du club reconnait quelques erreurs, sans les donner, et fustige ceux qui ont “orchestré une vague de violences verbales” à son encontre.

    “J’ai été recruté dans le cadre de la gouvernance assurée par GACP et King Street. Objectivement, Le club a été pris en otage, comme les acteurs du club dont je faisais partie. Nous avons été pris en otage par des enjeux qui nous dépassaient complétement, des enjeux qui ont cristallisé les tensions entre les deux actionnaires motivés par une logique de rentabilité à court terme pour organiser une sortie aussi vite que possible. C’est évidemment dangereux pour un club. Dans mon épisode aux Girondins, je n’ignore pas ma part de responsabilité, sans doute qu’il y a des choses que j’aurai dû faire différemment, mais rien ne justifie la violence dont j’ai été victime et la violence dont d’autres ont été victimes avant moi dans d’autres clubs… Il y a un phénomène de meute, irrespectueux des personnes concernées et de leurs proches. Pour moi, rien ne peut justifier la façon dont j’ai été menacé ou mis au pilori. C’est aussi une illustration des excès dont il faut se protéger. N’ignorons pas que ceux qui ont « orchestré » cette vague de violences verbales ont agi sur le fond par amour de leur club, ces personnes-là ont été prises au piège également… On a perdu le sens commun, le sens des valeurs humaines. C’est ça qui m’interroge aujourd’hui”.