Pierre Hurmic : « Il faut accepter, à un moment donné, de tomber pour mieux se relever ensuite. Cela fait peut-être partie de l’histoire nécessaire de ce club »

Sur GoldFMPierre Hurmic a répondu à la question de savoir si « on s’était encore trompé », en laissant les clés des Girondins de Bordeaux à Gérard Lopez.

« Je pense aussi que dans la vie d’un club, il y a des hauts et des bas. Les Girondins ont eu des heures très glorieuses, ils ont déjà connu des heures moins glorieuses, et ils sont déjà descendus en deuxième division. Ils sont remontés. Donc, bon, il faut accepter, à un moment donné, de tomber pour mieux se relever ensuite. Cela fait peut-être partie de l’histoire nécessaire de ce club. Maintenant, mon souhait, c’est que si on tombe en deuxième division – ce que je ne souhaite pas – je souhaite vraiment qu’on se relève très, très rapidement ».

Puis le maire de Bordeaux a évoqué le cas du stade, répétant qu’à termes la ville devra le vendre.

« Si le club ne paie plus le loyer, quelqu’un d’autre va devoir le payer… Cela prouve une fois de plus le caractère tout à fait ahurissant de cette décision du Grand Stade. On a un stade qui est très bien de 33000 places, on avait nul besoin de construire ce grand stade de 42000 places, dont les spécialistes savaient dès le départ que ce serait un fiasco. Même pour les joueurs, je sais que ce n’est pas très agréable de jouer dans ce stade avec une moyenne de 20000 spectateurs… C’est un outil qui est surdimensionné, et surtout qui est très onéreux. Mais il est onéreux pour le club aussi… Le club paye cher la location. C’est une très mauvaise affaire pour tout le monde et notamment pour le contribuable qui doit déjà payer pendant 30 ans un équipement inutile, surdimensionné. Je regrette qu’on se soit lancé là-dedans. Je ne perds pas de vue le fait qu’à terme, il faut vendre ce stade. Il n’y a aucune raison que nous restions propriétaire de cet équipement. On va arriver à le vendre, et je vais continuer à tout faire pour qu’on trouve un partenaire qui protège les contribuables bordelais du financement de cet investissement trop lourd ».

Retranscription Girondins4Ever