Arnaud De Carli (Club Scapulaire) : « La direction actuelle réfléchit à faire rentrer d’autres fonds d’investissement peut-être, qui sont intéressés. Je ne sais pas si la discussion est encore d’actualité s’il y a une potentielle relégation »

(Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport)

Sur TV7Arnaud De Carli, représentant du Club Scapulaire, a évoqué divers sujets autour des Girondins de Bordeaux, à commencer par le fait que le FCGB n’ait pas d’actifs en dehors de certains joueurs.

« Oui, c’est une faiblesse. De ne pas avoir d’actifs, ni de posséder son centre d’entrainement ou son stade… Mais je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup de clubs de Ligue 1 qui les possèdent. En tout cas, pour revenir aux Girondins de Bordeaux, oui, c’est un des points faibles. Je sais que Gérard s’est intéressé à la fois à la reprise du centre d’entrainement, et à la fois à une potentielle reprise du stade. C’est toujours d’actualité. Je sais qu’il y a des discussions avec la Métropole, la mairie de Bordeaux… Je ne sais pas si ça aboutira ou pas mais oui, pour une société, et en tant que chef d’entreprise, je ne vais pas vous dire le contraire… De ne pas avoir d’actifs, et de n’avoir que l’actif joueurs quelque part, ça peut être un point faible ».

Mais le Matmut Atlantique, est-il à l’heure actuelle un « boulet économique » ?

« On a une moyenne de 20000 spectateurs alors qu’on est 20èmes de Ligue 1… Si on était dans la première moitié de tableau, je pense qu’on serait aux alentours de 30000. Donc dire qu’il est surdimensionné, je ne sais pas. En tout cas, à notre place aujourd’hui, oui, c’est le cas ».

Arnaud De Carli a également évoqué le déficit de la saison dernière, qui était à la hauteur de 67M€.

« La direction actuelle réfléchit à faire rentrer d’autres fonds d’investissement peut-être, qui sont intéressés. Je ne sais pas si la discussion est encore d’actualité s’il y a une potentielle relégation. C’est à prendre en compte ».

Et cette Ligue 2, justement, débouchera malheureusement des licenciements.

« J’ai une grosse pensée pour tous les salariés des Girondins qui doivent se poser beaucoup de questions. J’en connais beaucoup. Je veux leur dire que l’avenir ne sera que meilleur de toute manière et qu’ils pourront compter sur nous, et sur beaucoup de personnes autour du club. On discute beaucoup depuis dimanche dernier, et il y a une vraie passion, une vraie énergie qui est dépensée autour de ce club-là, pour essayer de faire en sorte de ne pas rester longtemps en Ligue 2 ».

Retranscription Girondins4Ever