Arnaud De Carli (Club Scapulaire) : « On sera là la saison prochaine, plus que jamais. On a des idées ambitieuses pour le club, même si on est en Ligue 2, pour remonter rapidement »

Sur TV7Arnaud De Carli, représentant du Club Scapulaire, a donné l’état d’esprit du groupement d’entrepreneurs, prêt à aider les Girondins de Bordeaux même en Ligue 2.

« Notre état d’esprit, on est comme tous les bordelais et les bordelaises amoureux de ce fleuron régional, donc on est tristes, inquiets. L’état d’esprit est ce qu’il était il y a un an. Nous, on est arrivés au chevet des Girondins quand King Street a émis le souhait de céder les Girondins de Bordeaux. On est une petite dizaine d’entrepreneurs bordelais à l’origine à s’être fédérer, avec un idéal : le label Girondins. Le constat que l’on fait, c’est qu’aujourd’hui, on n’est pas beaucoup plus loin. Il y a eu des choses de faites, des bonnes choses, et il sera moment de regarder ce qu’il s’est passé de bien et de mauvais. On ne va pas s’en aller, au contraire, on est là, on est bien là, plus que jamais. On sera là la saison prochaine, plus que jamais. On a des idées ambitieuses pour le club, même si on est en Ligue 2, pour remonter rapidement. On sera aux côtés de la personne qui sera à la tête des Girondins l’année prochaine, et je pense que ce sera Gérard, puisqu’il l’a annoncé ».

Il assure qu’aujourd’hui, les Girondins de Bordeaux, pour ce groupe d’entrepreneurs, est plus une passion qu’autre chose.

« C’est avant tout une histoire de passion. On est des entrepreneurs passionnés de football, et des Girondins avant tout. On porte un projet idéal pour notre club, avec des fondements. En l’occurrence, au Club Scapulaire, on n’attend pas de retour sur investissement, ce n’est pas du tout l’objet aujourd’hui. Nous, ce qu’on veut, c’est le bien de notre club, qu’enfin on réalise qu’il faut repartir sur de bonnes bases. La Ligue 2 peut être un bon vivier pour ça. Si ce n’est pas un mal pour un bien ? Alors, ce serait mal venu de dire que c’est mal pour un bien, parce que je pense avant tout aux salariés. Comme toute société, quand les résultats ne sont pas là, forcément, il y a des décisions qui ne sont pas faciles à prendre. Mais ce n’est pas parce que vous avez des mauvais commerciaux aux Girondins de Bordeaux, là, les salariés sont tributaires d’un facteur sportif… C’est à prendre en compte dans un club de foot… Si c’est un mal pour un bien, l’avenir nous le dira. Peut-être qu’il faut prendre certaines décisions qui sont plus faciles à prendre en Ligue 2 qu’en Ligue 1 ».

Retranscription Girondins4Ever