Marc Planus : « Un club fort, il faut un Président fort. Et aujourd’hui, à Bordeaux, on ne sait pas qui dirige, et on ne sait même pas s’il y a quelqu’un qui dirige »

Sur ARL, Marc Planus s’est exprimé sur le manque de représentant clair aux Girondins de Bordeaux, physiquement, et notamment au Haillan. Par la même occasion, il parla de Laurent Koscielny et Benoit Costil.

« Qui gère Le Haillan aujourd’hui ? Moi, je ne le sais pas. Je vis à Bordeaux, et je ne sais pas qui gère Le Haillan. Je ne sais même pas qui est aux commandes du navire actuellement. Est-ce que les joueurs ont une référence et savent qui gère ? J’ai posé la question un jour à un membre du staff, ‘est-ce que Petkovic a pu mettre les joueurs qu’il voulait le dimanche ?’. La personne m’a répondu ‘je ne peux même pas te répondre’. Parce qu’elle ne le savait pas. Ce mode de trading de joueurs, je ne sais pas… Mais quand on voit l’effectif, le nombre de joueurs en prêt, qui ne connaissent pas le championnat, qui viennent de clubs qui étaient en grande difficulté sportive… Mais comment voulez-vous faire une saison ? Et là, le pompon, ça a été le coup de Costil et de Koscielny… Koscielny, on va me faire croire qu’il y a un problème avec lui ? Il n’y a jamais eu de problème avec Christian Gourcuff, Didier Deschamps, Arsène Wenger, et à Bordeaux il y aurait un problème avec lui ?! On n’a même pas eu la dignité de lui laisser faire un dernier match pour qu’il dise au revoir avec sa famille, ses enfants… C’est ça Bordeaux ?! Du temps de Jean-Louis Triaud, jamais il n’y aurait eu ça. Jamais. Peu importe l’entraineur qu’il y aurait eu, il lui aurait dit ‘tu sais quoi ? Ça va se passer comme ça’. C’est ça la différence. Un club fort, il faut un Président fort. Et aujourd’hui, à Bordeaux, on ne sait pas qui dirige, et on ne sait même pas s’il y a quelqu’un qui dirige ».

Retranscription Girondins4Ever