Paul Baysse : « Non, je n’ai pas fait d’erreur »

En plus de son avenir aux Girondins de Bordeaux, mais également de divers sujets, Paul Baysse a continué à répondre aux questions des internautes sur ses réseaux sociaux. Le défenseur central bordelais s’est notamment exprimé sur la saison prochaine, estimant que « bien évidemment que beaucoup de joueurs sont prêts à relever la mission de remonter en Ligue 1 ». Pour cela, même si l’on parle du volet financier à l’heure actuelle, il faudra que le groupe soit constitué au plus vite, afin de ne pas reproduire l’erreur de la saison passée : pas de cohésion de groupe, par manque de temps. « Je pense qu’il faut que l’effectif soit au complet le plus rapidement possible pour effectuer la préparation ensemble et créer un groupe uni et solidaire, prêt à relever le défi ».

Paul parle également de l’importance du respect du maillot de manière générale, même si ses propos peuvent évidemment s’adapter à notre club, qui plus est avec tout ce qui s’est passé cette saison. « Quand on signe dans un club, je pense qu’il est indispensable de s’identifier aux valeurs de celui-ci, et de s’engager à donner le meilleur de soi pour défendre les couleurs que l’on doit s’approprier. Que ce soit son club de cœur ou non, on se doit de tout donner ».

Puis le défenseur central bordelais est revenu sur sa mise à l’écart en début d’année, alors qu’il revenait de sa blessure au genou. « J’ai très mal vécu cette décision mais on m’a demandé de la respecter, ce que j’ai fait non sans peine. C’était le 10 janvier 2022, quatre ans jour pour jour après mon retour à Bordeaux, le 10 janvier 2018. Triste anniversaire… ». Paul assure qu’il n’a pas fait d’erreur pour mériter cela. « Non, je n’ai pas fait d’erreur. La première partie de saison, j’ai passé mon temps à travailler dur pour revenir de mon croisé… Et à mon retour dans le groupe, j’ai été écarté ».

Sous contrat jusqu’en juin 2024, il n’entend pas encore raccrocher les crampons. « Je compte bien jouer au football le plus longtemps possible, et par la suite passer mes diplômes d’entraineur, et transmettre aux jeunes ».

« Un grand club ne meurt jamais » (Paul Baysse)