Christophe Monzie : « Il y avait des gens, des clubs, des instances, qui n’attendaient qu’une chose : que cette équipe descende »

Sur ARLChristophe Monzie a estimé que rien n’a été fait pour aider les Girondins de Bordeaux dans sa quête du maintien en Ligue 1, et que finalement plusieurs groupes ou personnalités voient d’un bon œil cette descente en Ligue 2.

« Un championnat c’est la sanction d’une régularité ou d’une irrégularité quelques fois. Ça ne sanctionne pas simplement une accumulation d’erreurs d’arbitrage, même s’il y en aura eu c’est vrai, en défaveur des bordelais… La balance n’aura pas penché en leur faveur, ça c’est un fait acquis et il ne viendrait à l’idée de quiconque de contester ce fait. Il y a eu beaucoup de penaltys sifflés contre Bordeaux qui n’étaient pas forcément très évidents. Mais c’est le lot aussi des équipes qui sont dans le bas du tableau. Et je crois savoir que pour un certain nombre de clubs français et d’instances également… Il faut se rappeler les conditions dans lesquelles Gérard Lopez et son équipe avaient repris ce club l’été dernier. On a eu l’occasion de se rendre compte, notamment à la trêve hivernale et à la période Covid que Bordeaux dérangeait quelque peu dans le paysage du football français. Il y avait des gens, des clubs, des instances, qui n’attendaient qu’une chose : que cette équipe descende. Parce qu’on n’avait pas apprécié que déjà l’an passé, la situation délivrée du jour au lendemain par King Street et Fortress permette malgré tout aux Girondins de survivre un an de plus en Ligue 1. Il y a des gens qui avaient pris cela pour un miracle, et il y en a d’autres pour qui ça avait fait grincer des dents, et je pense notamment à la Fédération Française de Football. Ces gens-là ne doivent pas taper dans les mains aujourd’hui, je ne l’espère pas, mais ils ne doivent pas forcément pleurer de voir où en sont arrivés les Girondins, dans une saison qui va laisser beaucoup de traces. Qui a laissé des traces chez beaucoup de supporters, des traces profondes. Chez les simples spectateurs, chez les journalistes et les suiveurs que nous sommes depuis tant d’années, aussi. Je n’avais jamais vécu une saison pareille. Et dans l’histoire de ce club, dans la façon dont certaines personnes ont été mises à l’écart de façon assez cavalière ».

Retranscription Girondins4Ever