Christophe Monzie : « Je ne sais pas si Bordeaux se serait maintenu, mais je pense qu’on n’aurait pas encaissé 91 buts si Otávio et Koscielny étaient restés dans l’équipe »

Sur ARLChristophe Monzie s’est exprimé sur le côté sportif de cette saison qui a vu les Girondins de Bordeaux descendre sportivement en Ligue 2.

« Sur le plan sportif, il est très difficile actuellement de savoir quel sera le visage de cette équipe de Bordeaux la saison prochaine. Est-ce que Sékou Mara en sera un des leaders ? Cette équipe-là à Brest a fait plaisir à voir parce que dans un match sans enjeu, avec des bretons qui étaient sauvés depuis belles lurettes, qui avaient 20 points de plus que Bordeaux avant le coup d’envoi… C’était les 70 ans d club, ils ont peut-être un peu laissé couler, mais on a tout eu dans ce match : le résumé de la saison de Bordeaux. Une réelle faculté à marquer, à se créer des occasions, même si on a eu des périodes trop longues où on n’a pas offensivement existé dans cette saison, en particulier à partir du moment où Alberth Elis – le meilleur girondin cette saison, il faut quand même le dire – a été blessé. Il y a eu trop de matches où Bordeaux n’a pas existé. Le problème, c’est que quand tu prends 91 buts, tu ne peux pas te maintenir, on n’a jamais vu ça et on ne le verra jamais. C’est aussi simple que ça. Il y a eu des erreurs de commises de ce côté-là, des joueurs que l’on a mis à l’écart pour des motifs et des accusations qui à ce jour n’ont jamais été démontrés. Quand je pense également que le motif invoqué pour la mise à l’écart de Laurent Koscielny était son hygiène de vie, alors qu’on parle dans le même temps de hamburgers la veille de Lyon… Je me demande si je rêve. Il faut arrêter le foutage de gueule et se demander combien de buts a coûté un joueur comme Ricardo Mangas cette saison, ou même Marcelo, Enock Kwateng… Si Laurent Koscielny est le joueur qui a le plus coûté de buts cette saison, alors je crois que je ne comprends plus rien au football. Je reste persuadé que la mise à l’écart de ces joueurs à la trêve a achevé de fragiliser défensivement une équipe déjà très friable, et qui, je pense, aurait fait un peu meilleure figure en seconde partie de saison si ces garçons étaient restés. Je ne sais pas si Bordeaux se serait maintenu, mais je pense qu’on n’aurait pas encaissé 91 buts si Otávio et Koscielny étaient restés dans l’équipe ».

Retranscription Girondins4Ever