François Grenet : « Les spectateurs, supporters, amateurs de sport bordelais, à la base, à part le noyau dur, sont des suiveurs »

François Grenet a tenté d’expliquer le manque de ferveur pour les Girondins de Bordeaux ces dernières années, par un manque d’identité, un manque d’appartenance et de reconnaissance en ce club qui a beaucoup trop changé.

« Les spectateurs, supporters, amateurs de sport bordelais, à la base, à part le noyau dur, sont des suiveurs. Les Girondins en ce sens n’ont pas eu de chance parce que ce grand stade est arrivé, et cela a coïncidé pile poil avec la montée en puissance de l’Union Bordeaux Bègles. Bordeaux n’a plus eu les moyens qu’il avait avant, et a commencé à galérer sportivement. Du coup, l’ambiance est toujours sympa au rugby, c’est convivial, on y va en famille… […] Je pense que la déserrance du public aujourd’hui c’est celle-là, ne pas se reconnaitre dans cette équipe, le problème d’identité… Je suis convaincu que si on avait fait la même saison avec un noyau de jeunes joueurs formés au club… Je pense qu’il y aurait eu la même saison, pas terrible sportivement, avec des résultats en dents de scie, mais avec une ossature de jeunes du coin, une identité régionale… Je suis convaincu qu’il y aurait eu quand même plus d’engouement et moins de désaffection ».

RMC

Retranscription Girondins4Ever