Florian Brunet : « Avoir sauvé le club ne peut tout excuser. Mais nous saluons son boulot financier, soyons objectifs et justes »

Bien sûr, tout comme nous tous, Florian Brunet s’est réjoui que tout le monde ait pu trouver un accord afin de présenter à la DNCG des réponses à ses demandes et inquiétudes. Même si évidemment, il faudra que toutes les démarches entreprises et finalisées puissent être confirmées en commission d’appel de la FFF mardi. Cependant, comme il l’a souvent dit depuis plusieurs semaines, si Gérard Lopez a désormais sauvé « deux fois le club », cela « ne peut pas tout excuser ». En effet, le porte parole des Ultramarines fait deux reproches au propriétaire et président du FCGB.

« Avoir sauvé le club (2 fois) ne peut tout excuser. Et là croyez-moi, on n’a aucune indulgence sur les erreurs commises et notamment en termes de discipline, mais il le sait. A lui d’en tirer les leçons. Il a sa part dans la descente en Ligue 2, oui, bien sûr, avec notamment deux erreurs majeures : l’absence de président délégué, et l’absence de soutien à Admar Lopez pour la discipline. Après, à sa décharge, le groupe était gangrené par les cadres. Mais nous saluons son boulot financier, soyons objectifs et justes ».

Reste à présent donc, la dernière marche et la concrétisation par la commission d’appel de la Fédération Française de Football mardi, elle qui fait suite à la DNCG, qui a été extrêmement exigeante avec les Girondins.

« Gardons la tête froide. La DNCG, qui a pourtant validé ces années responsables de la situation actuelle, semble vouloir nous faire aucun cadeau. Mais il est impossible, si ses demandes sont exaucées, de détruire, ni plus ni moins, une telle institution. Force à nous ! ».