Les trois points importants de l’homologation du Tribunal de Commerce concernant les Girondins de Bordeaux

Comme vous le savez, les Girondins de Bordeaux ont dû décaler de deux jours leur présence devant le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), afin d’obtenir un jugement d’homologation de leur « plan de sauvetage » de la part du Tribunal de Commerce de Bordeaux. Celle-ci a bien été officialisée hier. Le Tribunal a en effet acté les accords passés entre les Girondins de Bordeaux ses créanciers, King Street et Fortress. Une homologation, plutôt qu’une ordonnance, donnant effet à un jugement, qui est d’ailleurs en trois points :

Augmentation du capital

Cette augmentation du capital du Club est de 10 millions d’euros, via la société de Gérard Lopez, Jogo Bonito.

Restructuration de la dette

Celle-ci était un point clé, et qui handicapait le club depuis plusieurs années. Il y a donc eu un abandon de 75% de cette dette par les créanciers américains que sont King Street et Fortress. La dette est ainsi passée de 53 millions d’euros à 13.5 millions d’euros.

Mise sous séquestre

En remplacement de la ligne tirable de 14M€, une somme d’un même montant a été mis sous séquestre en garantie si les ventes de joueurs prévues lors du mercato estival n’étaient pas réalisées. Pour rappel, Gérard Lopez compte réaliser entre 35 et 40 millions d’euros de ventes sur quatre joueurs principalement (Elis, Hwang, Onana et Mara).

Clément Carpentier, journaliste 20 minutes, précisait hier que les 24 millions d’euros (10 + 14M€) pouvaient être mis « si besoin » sur un compte courant bloqué.

Quoi qu’il en soit, cette homologation est donc un jugement, qui atteste qu’il « n’y a pas de cessation de paiements du débiteur, que les termes de l’accord sont de nature à assurer la pérennité de l’activité de l’entreprise et que ces accords conclus ne posent aucun préjudice à un tiers ».

Autrement dit, que le projet des Girondins de Bordeaux est viable.

Image