Pierre Bouby : « C’est un parti pris, mais ça coûte des buts quand on le fait mal, et il faut avoir les joueurs pour aussi »

Pierre Bouby a mis en avant quelque chose qui nous a coûté beaucoup de points la saison dernière, et qui a été de nouveau visible – beaucoup trop souvent – lors de la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et Valenciennes : les relances systématiquement du gardien. Oui, Bordeaux manquait de taille devant, mais parfois Bordeaux s’est mis en danger en abusant souvent de cette phase de jeu.

« Je les ai vus jouer contre Orléans, et ils ont toujours, toujours voulu relancer de derrière. L’année dernière, ça leur avait porté préjudice en Ligue 1, et là il y a le même esprit. Il faut faire attention quand même. Si le pressing est entamé en Ligue 2, c’est très difficile de repartir de derrière. D’ailleurs, ils avaient pris un but à Orléans de cette manière-là aussi. C’est un parti pris, mais ça coûte des buts quand on le fait mal, et il faut avoir les joueurs pour aussi […] Je ne comprends pas qu’ils s’obstinent à ça, parce que c’est exactement ce qui leur a fait défaut la saison dernière… C’est osé, avec la confiance qu’a Bordeaux en ce moment… […] Le pressing valenciennois était aussi très bien fait, ils sentent les choses, et ça a été un point sur lequel a appuyé l’entraineur. Bordeaux se met aussi souvent dans la difficulté tout seul ».

C’est aussi pour cela que Jonas Lössl est pressenti en Gironde, car il s’agit d’un gardien plutôt bon au pied.

La Chaine L’Equipe

Retranscription Girondins4Ever