Clément Carpentier : « Aucun joueur ne s’est plaint de ses conditions de travail ces dernières semaines, que ce soit auprès de la direction ou même des élus au sein du club »

Sur France Bleu Gironde, Clément Carpentier est revenu sur le communiqué de l’UNFP, destiné aux Girondins de Bordeaux.

« Un communiqué où l’UNFP s’attaque à la FFF pour avoir maintenu les marine et blanc en Ligue 2, aux Girondins de Bordeaux pour avoir créé un loft, et à Gérard Lopez pour ses méthodes de management et de communication. En réalité, dès le 18 juillet dernier l’UNFP a envoyé une lettre aux instances pour se plaindre de la mise à l’écart de certains joueurs et de leurs conditions de travail depuis la reprise cet été des joueurs sur lesquels le club de compte plus aujourd’hui. Mais la goutte d‘eau de trop c’est la demande du club, auprès de ces mêmes joueurs, de baisser leurs salaires de 20% pour aider le FCGB à recruter. En gros, pour l’UNFP c’est un peu fort de café ».

« Le club a répondu et a envoyé une missive il y a quelques jours à la Ligue de Football Professionnel. Dans celle-ci, les Girondins font part de leur étonnement car aucun joueur ne s’est plaint de ses conditions de travail ces dernières semaines, que ce soit auprès de la direction ou même des élus au sein du club. Ces mêmes joueurs n’auraient même pas été au courant d’ailleurs de cette lettre de l’UNFP. Le club récuse aussi les accusations sur les conditions d’entrainement comme par exemple le suivi médical de ces joueurs mis à l’écart. Sur les salaires, les Girondins de Bordeaux expliquent que c’est simplement écrit dans la charte LFP. Enfin, la direction rappelle que selon cette même charte le club est libre de gérer son effectif comme bon lui semble, entre le 1er juillet et le 1er septembre. C’est seulement à partir de cette période que les joueurs écartés devront réintégrés le groupe professionnel ».

Retranscription Girondins4Ever