Philippe Piat (coprésident UNFP) : « Le trading c’est prendre des joueurs. Ils prennent le maximum de joueurs en se disant que s’il y en a un qui n’est pas bon, je trouverai bien un connard qui va ma racheter mon joueur »

Source UNFP

Dans Les Grandes Gueules du Sport sur RMC, Philippe Piat, coprésident de l’UNFP, s’est exprimé concernant les gestions de contrats et de salaires entre clubs et joueurs puis a donné une solution possible.

 

« Un joueur, quand un club va le chercher, il veut lui faire signer un contrat de la durée qu’il veut, 2 ans, 3 ans, 4 ans… Pour l’avoir, il lui offre un salaire, on ne lui met pas un pistolet sur la tempe au Président pour accepter le montant du salaire sinon il ne le prend pas. S’il le prend c’est pour une durée déterminée avec un salaire éventuellement conséquent. Au cours de ce contrat le club veut recruter d’autres joueurs, ils estiment qu’il faut changer l’équipe, parfois c’est un nouvel entraîneur qui arrive et qui dit ‘toi, toi et toi je ne te veux pas, je ne te ferai plus jouer’, alors qu’ils sont sous contrat. Comment est-ce possible de dire ça ? Et pourtant c’est ce qu’il fait. Quelle est la raison de ça ? La raison c’est que les clubs veulent faire du trading, le trading c’est prendre des joueurs. Ils prennent le maximum de joueurs en se disant que s’il y en a un qui n’est pas bon, je trouverai bien un connard qui va ma racheter mon joueur, voilà ce qu’il se passe. A l’inverse, quand un joueur est bon et qu’il arrive à la fin de son contrat (il évoque un joueur du PSG), qu’est-ce qu’il se passe ? Le loft n’est pas seulement pour des joueurs qui jouent mal ou qui ne veulent pas faire le maximum, il est aussi pour des joueurs dont on veut se séparer pour l’envoyer en Turquie ou je ne sais où parce qu’on n’a plus envie de lui. Aujourd’hui on dit ce joueur, s’il ne part pas, le club va faire faillite. On lui met la responsabilité de plein de choses sur le dos, en plus de ça on le ‘menace’, on lui dit que s’il ne baisse pas son salaire on va lui mettre des contraintes alors que le salaire qu’il a, pourquoi il est élevé ? Il faut le savoir parce que c’est le début de l’affaire. Quand un joueur ne veut pas resigner, c’est quand même son droit. Il arrive à la fin de son contrat il peut dire qu’il ne veut pas prolonger. Qu’est ce qui se passe ? On va lui dire ‘Si jamais tu ne prolonges pas tu vas être menacé d’un certain nombre de choses’ ou alors ‘On va te doubler le salaire’. Le joueur réfléchit à partir alors on lui triple son salaire. Pourquoi on lui triple le salaire ? On lui triple son salaire pour qu’il renouvelle son contrat, pour qu’il resigne. Car à la fin de son contrat il est libre de partir où il veut. S’il n’est pas à la fin de son contrat et qu’on vient de lui renouveler en lui mettant un salaire très important c’est pour le vendre l’année d’après. Cela veut dire que le club fait une inflation des salaires, non pas parce que le joueur est très bon, il  fait une inflation des salaires pour pouvoir le vendre. La solution devrait être que dans ces condition, le joueur joue mal, il ne joue pas mal, on lui a prolongé son contrat, on lui a augmenté le contrat, il faut une ‘by out close’. C’est-à-dire que quand un club ne veut plus d’un joueur, il calcule en disant ‘Il te reste 24 mois à faire à 10 000 euros, 50 000 euros… ça fait tant, je te donne et tu te barres’. Ou alors le joueur dit qu’il ne se plait plus dans ce club parce que l’entraîneur ne m’aime pas, ne me fait pas jouer. Il doit 24 mois au club, multiplié par tant, il doit tant et le problème est réglé. »

 

Retranscription Girondins4Ever