Quand Philippe Fargeon évoque l’esprit de la Coupe de France et ses souvenirs

Sur ARL FM, Philippe Fargeon, ancien attaquant des Girondins de Bordeaux, est revenu sur ses expériences lors des matchs de Coupe de France, lui qui a gagné les finales de 1986 et 1987 avec le club au scapulaire.

« D’abord je crois que la Coupe de France de ma génération à moi, c’était le match qui était diffusé à la télévision le samedi soir à 20h, au moment des tournois de Pentecôte donc quand vous étiez jeune footballeur, le seul match qui était diffusé c’était la Coupe de France. Tout gamin, on a toujours rêvé de se retrouver un jour sur une Coupe de France, en finale donc déjà de participer à cette Coupe de France, cette compétition. On ne se rend pas compte à quel point elle est importante pour les clubs amateurs parce que tous les joueurs qui jouent à des niveaux comme le Stade Bordelais aujourd’hui, sont des joueurs qui ont été susceptibles de jouer en pro. Après, suite à des blessures, suite à des décisions personnelles, la carrière professionnelle n’est pas arrivée par contre c’est la première fois où ils peuvent se confronter à une manifestation, à une possibilité de rencontrer des joueurs professionnels qu’ils ont souvent côtoyé en centre de formation etc… Le reste, c’est de montrer que même si jamais j’ai fait un choix qui était différent de celui d’être footballeur professionnel, j’avais le niveau. Rien que ça, c’est une compétition qui est exceptionnelle et tous les matchs qu’on fait en Coupe de France… Je vais donner des anecdotes mais quand on jouait en Coupe de France, on arrivait en 1/32èmes de finale et les clubs le savent. Le maillot est différent, on commence à avoir un sponsor de Coupe de France donc on a un nouveau matériel, de nouveaux maillots et ces petits détails, je peux vous assurer que même quand on est professionnel, ça change tout. C’est la bonne parenthèse en fait la Coupe de France pour les joueurs professionnels mais aussi et surtout, pour les amateurs. Les beaux souvenirs que j’ai c’est quand on est professionnel et que c’est notre métier, le seul souvenir que j’en ai, c’est de la gagner. Terminer deuxième ça ne m’intéresse pas donc mes meilleurs souvenirs sont quand on a la Coupe dans les mains. »

Retranscription Girondins4Ever