Jean-Marc Furlan : « Même en ville quand je me promène, il y a des jeunes qui me font un grand sourire, et qui me font un doigt »

Sur RMC, Jean-Marc Furlan est revenu sur son doigt d’honneur qui l’a vu être licencié pour faute grave. Il assure avoir de nombreux soutiens des suites de cette décision.

« J’ai beaucoup de soutien des supporters et du public, d’une façon incroyable. Même en ville quand je me promène, il y a des jeunes qui me font un grand sourire, et qui me font un doigt parce que pour nous, les français, ce n’est pas une faute grave… La preuve, c’est qu’en commission de discipline, il y a un avocat qui m’a posé une question : ‘mais, vous êtes licencié juste pour un doigt d’honneur ?’. Et mon avocat a dit oui, que j’étais licencié juste pour un doigt d’honneur, alors que je n’ai pris que trois matches… C’est vrai que c’est un choc terrible alors que je m’entendais très très bien avec tout l’ensemble de l’administratif et tout ça. Et je m’entendais très bien avec Monsieur Zou, qui m’avait soutenu jusqu’au match de Clermont ».

Ainsi, licencié avant le terme de son contrat, il entend aller plus loin avec l’aide de la justice.

« Oui, je vais porter l’affaire en justice parce que je n’ai eu aucune discussion, mon avocat et mon agent non plus, de manière concrète pour avancer. J’avais un contrat jusqu’au mois de juin prochain, donc oui, on va certainement aller aux Prud’hommes pour légiférer, et puis voir […] Je regrette d’avoir fait ce geste, mais vous savez, quand vous êtes sur un banc, il y a des fois… Quand tu as 25-30 jeunes derrière le grillage qui t’insultent sans arrêt… Au bout d’un moment, je leur ai fait ça, même si je le regrette parce qu’à 65 ans, tu te dis que, quand même, tu pourrais être un peu plus posé (rires) ».

Retranscription Girondins4Ever