Jean Gallice : « Comme il a été condamné à mort par le gouvernement de Vichy, s’il s’était fait attraper, je ne serais pas là pour en parler (rires) »

Dans La République des PyrénéesJean Gallice, ancien joueur des Girondins de Bordeaux et ex-coach du Pau FC, a donné son avis sur le Matmut Atlantique.

« Le fait d’avoir mis le stade là où il est, pour moi, c’est une hérésie. Quand j’étais lycéen, en 6ème, on allait dans cette zone pour ramasser des têtards et après voir la mutation en grenouille… Toujours est-il que c’était une zone marécageuse, isolée, au nord de Bordeaux. On voit un peu la difficulté qu’il y a à remplir ce stade à tous les niveaux, que ce soit au niveau sportif, au niveau spectacle. Ce stade n’a rien amené et en définitive, le stade municipal, Lescure, était largement suffisant. On voit bien avec l’UBB qu’ils ont 25000 à chaque match, et que les problèmes de sécurité ne sont pas très importants… On peut partir dans tous les sens. Le stade, je ne pense pas que ça a été une bonne idée ».

Heureusement, ce stade a été rebaptisé au nom de son père, le Stade René Gallice.

« Cela représente le fait que les Ultras sont des antifascistes, un peu libertaires, mais qui ont horreur du fascisme. S’ils ont reconnu mon père, lui qui a fait cinq ans de guerre en étant l’un des premier à rejoindre la première division française libre… Pendant cinq ans, il s’est mangé sa carrière de footeux, mais il a été dans le camp des gagnant. Comme il a été condamné à mort par le gouvernement de Vichy, s’il s’était fait attraper, je ne serais pas là pour en parler (rires). D’où le fait que les supporters aient voté pour mon père, au détriment des autres… En plus, oui, il a été Champion de France avec les Girondins, avec deux finales de Coupe, international ».

Retranscription Girondins4Ever