David Guion : « Quand il sent qu’autour de lui, il n’a pas tout l’amour qu’il souhaite, il peut avoir des réactions violentes ou inappropriées »

L’entraineur des Girondins de Bordeaux, David Guion, en conférence de presse, a une nouvelle fois été questionné en conférence de presse sur le milieu de terrain bordelais, Fransérgio, qui n’a pas le rendement escompté depuis son arrivée. Cette fois-ci, David Guion a confirmé l’idée qu’il attendait plus de son joueur, et que ce dernier évidemment attendait plus de lui-même. « J’ai vu tous les joueurs individuellement pendant la préparation, j’ai encore vu Fran, et je lui ai à nouveau dit que j’étais un entraineur frustré parce qu’entre ce qu’il faut aux entrainements – et de l’avis de tout le monde, que ce soit le staff, les joueurs eux-mêmes – c’est certainement le joueur qui est au-dessus, qui s’entraine certainement mieux que tout le monde. Il fait vraiment des choses très intéressantes la semaine. Et entre ce qu’il fait la semaine, et ce qu’il fait en match, je lui ai dit que ce n’était pas possible d’avoir un niveau aussi différent. Lui aussi est frustré, lui aussi le constate, lui aussi le voit. En fin de compte, on est deux frustrés, que ce soit lui ou le coach que je suis. On essaye de discuter de ça. C’est clair qu’il y a un environnement qui ne lui est pas favorable, notamment en compétition, où il n’arrive pas à se relâcher, il n’arrive pas à reproduire ce qu’il nous fait à l’entrainement ».

En malheureusement, l’offrande d’Aliou Badji il y a quelques matches, pour le premier but du brésilien aux Girondins, n’a visiblement pas eu l’effet escompté non plus. « J’espérais, après son but, que le déclic était là et qu’il allait pouvoir enfin se libérer. Ça n’a pas toujours été le cas. C’est vrai qu’on est frustrés. L’équipe a besoin de lui, de son expérience, de sa qualité ». 

Par ailleurs, « Fran » a quelques faits « extra-sportifs » depuis son arrivée, comme le chambrage qu’il effectua à Laval, le doigt d’honneur au public bastiais qui lui coûta des matches de suspension, ou encore plus récemment des réponses sur les réseaux sociaux à des « supporters » véhéments. Le recadrage du club a déjà eu lieu, mais personne ne semble trouver la clé de l’énigme.

« Ça, ça a été fait dès cet été (de lui dire qu’il faut qu’il se concentre sur son jeu). Par moment, en effet, il a des réactions, où il y a ses émotions qui ressortent. Les sud-américains ont une formation totalement différente aussi de nous, une éducation complètement différente. Quand il sent qu’autour de lui, il n’a pas tout l’amour qu’il souhaite, il peut avoir des réactions violentes ou inappropriées ».

Retranscription Girondins4Ever