Philippe Ollier : « Beaucoup de mes joueurs ont été formés par les Girondins, donc je pense qu’ils seront motivés d’eux-mêmes »

Photo Régis HAZENFUS – Photographe

Philippe Ollier, l’entraineur de Lège-Cap Ferret, s’est exprimé sur la rencontre à venir début janvier, entre son équipe et la réserve des Girondins de Bordeaux.

« Si on ne regarde que les classements et les points, c’est sûr que c’est toujours… On va dire que sur l’instant T, si on faisait un résultat contre les Girondins, les gens ne verraient plus une équipe malmenée, de bas de tableau, mais plutôt une équipe qui, au final, malgré un départ difficile et un recrutement compliqué, qu’en fait Lège-Cap Ferret est là… Dans mes objectifs avec les joueurs, ce sera surtout d’être dans la continuité de l’évolution de cet effectif qui a été construit avec beaucoup de joueurs de R3, R2, et U19 Nationaux. J’ai des objectifs avec eux qui sont, comme la saison dernière, d’arriver au dernier tiers de championnat avec une équipe qui maitrise bien son sujet, notamment ce qui est demandé par le staff, et aussi que les joueurs connaissent bien leurs points forts, leurs points faibles, qu’ils appuient sur les différents éléments pour être au maximum sur le dernier tiers du championnat. Nous, notre objectif, c’est d’être dans la continuité, travailler et bosser. Je sais où je veux aller, les joueurs ont bien adhéré à mon discours. On verra bien en fin de saison (sourire) […] C’est toujours motivant de jouer les Girondins, pareil à la reprise. Beaucoup de mes joueurs ont été formés par les Girondins, donc je pense qu’ils seront motivés d’eux-mêmes. On reprend le 3 janvier, et on a le match le 7, après deux semaines de coupure ».

Puis le coach réagit sur le fait que son équipe marque à chaque match, mais encaisse également un but à chaque match.

« Je suis beaucoup dans les statistiques et les analyse. Je sais analyser quand un but est pris parce que l’équipe adverse nous a bien manipulés, ou quand un but est pris parce qu’on a fait un cadeau ou une erreur. Je sais où j’en suis. Je suis dans la même optique que l’année dernière. On recommence comme l’année dernière la reprise avec un match en retard contre les Girondins. C’est marrant, ça se jumèle un peu. Maintenant, ne pas prendre de but, c’est la chose la plus simple, ce n’est pas si chiant que ça, le tout c’est de savoir pourquoi on les prend. La chose la plus complexe dans le foot c’est de mettre des buts. Sur les derniers matches, on marque deux, trois buts, et on rate des occasions très très franches. C’est plutôt sur ça que je travaille ».

Retranscription Girondins4Ever