Patrick Guillou : « Chaque équipe a eu sa période »

Sur beIN SportsPatrick Guillou est revenu sur la première mi-temps de la rencontre entre le Stade Malherbe de Caen et les Girondins de Bordeaux.

« Ça a été une très bonne entame des bordelais, avec une action sur le premier but parfaitement jouée. Alberth Elis a mis le ballon dans la bonne zone, il n’y avait absolument rien à refaire, c’était propre, net. Le défenseur caennais, Ibrahim Cissé, est sur le mauvais appui, il n’arrive pas à se retourner… David Guion avait demandé d’être beaucoup plus chirurgical et les bordelais lui ont répondu favorablement […] Ce qui était intéressant au cours de 20 premières minutes, c’est cette prise de risques, en cherchant de la verticalité après avoir éliminé, ou une frappe au but : apporter le danger dans les 16.5m adverses. La bataille tactique semblait gagnée à la demi-heure de jeu, ils étaient aussi plus performants techniquement. Les bordelais, dans l’entame, dans la façon d’être efficaces, ont su se rendre le match beaucoup plus facile. Je les ai trouvés très concernés dans le contre-effort à la perte de ballon. C’était très cohérent dans les transitions, mais également dans le jeu placé, de combinaisons. C’était très, très intéressant, avec beaucoup de diversité ».

Mais la seconde période a été plus compliquée pour les bordelais.

« Dans le positionnement global, l’équipe bordelaise a perdu une dizaine de mètres. Les attaquants n’arrivaient plus non plus à conserver le ballon en position haute. Le triple changement à la mi-temps a payé. Finalement, les bordelais sont bien revenus après l’exclusion de Yoann Court, mais ça n’a pas suffi […] Chaque équipe a eu sa période, avec des bons changements, un bon coaching à la mi-temps côté caennais, qui a permis de relancer la machine. On a eu énormément de buts sur coup de pied arrêtés, bien frappés certainement. Peut-être quelques oublis au niveau de la concentration. Les bordelais ont eu un peu de mal à stabiliser cette défense en seconde période, et c’était peut-être dû à l’infériorité numérique ».

Retranscription Girondins4Ever