Gérard Lopez : “C’est un groupe qui est particulier par rapport à ce que j’ai pu connaitre… Je sais que dans le foot ça ne se dit pas comme ça, mais ce sont des bons gars”

Avant la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et Montpellier, Gérard Lopez s’est montré comme à son habitude calme, décontracté, pensant réellement qu’il allait y avoir ce fameux électrochoc. L’on connait la suite…

« L’abattement après la défaite face à Troyes était normal, cela reste un concurrent direct, donc l’inverse aurait été étonnant. Le groupe est conscient, tout le club est conscient, du travail à effectuer, de ce qu’il faut faire. L’ambiance, paradoxalement, n’est pas mauvaise, à la limite elle est même bonne. Elle est sérieuse, elle est concernée. Mon rôle principal est de faire en sorte que cette ambiance-là se transpose sur le terrain avec des résultats. Il faut une bonne balance entre garder le calme, et en même temps comprendre le danger dans lequel on est […] C’est un groupe qui est particulier par rapport à ce que j’ai pu connaitre dans le passé parce que… Je sais que dans le foot ça ne se dit pas comme ça, mais ce sont des bons gars. A la limite, je ne peux même pas leur en vouloir parce que ce sont des bons gars, ça travaille, etc… Sur les matches, on se décompose assez rapidement. On n’a pas cette capacité à tenir 90 minutes, c’est clair, on n’a pas fait un clean-sheet depuis le début de la saison, cela prouve que dans la tête… Ça ne tient qu’à ça. Il reste dix matches, on sait qu’on a encore des matches contre des concurrents directs, ça ne dépend que de nous-mêmes. Mon rôle c’est cette balance, de maintenir un cap, de faire en sorte qu’autour du club et au club, les choses restent calmes, mais en même temps d’avoir l’exigence pour s’en sortir. A eux de faire le boulot, de retrouver ce fameux déclic psychologique pour être plus solides pendant les 95 minutes d’un match ».

Prime Video

Retranscription Girondins4Ever