Philippe Hinschberger : « Quand un attaquant marque peu, il se prend toujours la tête »

Alors que l’on s’attendait, comme depuis de nombreux matches de championnat, à ce qu’Aliou Badji soit titulaire aux côtés de Josh Maja vendredi dernier, ce ne fut pas le cas. Est-ce que David Guion a senti que le côté sentimental du joueur, prêté par Amiens, pouvait prendre le dessus ? Est-ce que le joueur a été économisé physiquement ? Toujours est-il que son entrée a été compliquée, non facilitée il est vrai par des ballons plutôt mal donnés…

Mais avant la rencontre, le coach de l’Amiens SC, Philippe Hinschbergerdans Sud Ouest, s’est exprimé sur le désormais nouvel attaquant bordelais pour cette saison, mais également pour celles à venir. En effet, Aliou Badji a été prêté (un prêt payant) avec une option d’achat obligatoire, du moins quasi-automatique, de 3,5 millions d’euros. Cette option d’achat est d’ailleurs liée aux matches joués par le sénégalais.

“Chez nous, il a eu un début de saison perturbé. Il n’a pas disputé de matchs de préparation. Il y a eu un rapport de force avec le club (après refus d’une offre de transfert d’Auxerre en juillet). En termes d’activité, il avait disputé trois matchs (en août), mais il n’était pas encore prêt pour la compétition. Ensuite, je suis de l’extérieur mais j’imagine : il est arrivé dans une équipe qui était première, avec de la concurrence. Il avait besoin d’un peu de temps, à l’image de Gaël (Kakuta) ici qui avait peu joué avec Lens et a mis un mois – un mois et demi à revenir à 100 %. Et un attaquant, quand il joue peu, il marque peu. Et quand il marque peu, il se prend toujours la tête ».