Ah, Caen même !

 

 

 

Le résumé

Les deux équipes sont en place des deux côtés et cherchent à aller de l’avant. Des frappes lointaines dans ce premier quart d’heure de jeu. A la 20ème minute, des banderoles fleurissent un peu partout dans le stade (Présidentielles, Virage Sud) rappelant que Bordeaux est un club historique et que les joueurs ont un devoir vis-à-vis du club, tout comme la direction qui doit maintenant agir… Démarche applaudie par le reste du stade. Les « On veut une équipe » continuent avec un peu plus d’insistance. Depuis le quart d’heure de jeu, le jeu se tasse et Bordeaux ne se découvre plus, défendant, laissant venir Caen. Le public le sent et entonne quelques sifflets… Cela a le mérite de réveiller les bordelais qui réalisent un beau mouvement, mais Thébaux s’impose sur le centre de NMB… 35ème minute et grosse occasion bordelaise. Tremoulinas dans sa course est au centre… Bellion veut reprendre en première intention mais se manque… Le ballon revient sur Pasil qui veut lui aussi reprendre en première intention alors qu’il a le temps : le ballon manque de puissance et passe à deux mètres du but de Thébaux… 40ème, Saivet provoque et centre fort, Bellion reprend au premier poteau, mais ce n’est pas cadré…

0-0, Chaban siffle.

Les bordelais sont tout aussi bien qu’en première période et tentent d’appuyer un peu plus. Le dernier geste, la dernière passe manquent toujours, malgré de bonnes combinaisons et phases de jeu. Caen évolue alors en contre. 59ème minute et 6ème but de Yoan Gouffran ! Sur une touche de Sané, Caen dégage mal et le ballon revient sur NMB qui fixe ses adversaires, et décale à merveille Gouffran qui frappe du gauche et trompe le portier caennais. Belle action, beau but ! 61ème minute et Saivet lance David Bellion qui contourne la défense très intelligemment pour ne pas être hors jeu. L’attaquant bordelais avance et se présente face à Thébaux qui dévie la balle et gagne son face à face. Trois minutes plus tard, Nagis qui vient de rentrer est lancé en profondeur et tente de lober Carrasso, qui était bien monté, à l’entrée de la surface. Heureusement, l’attaquant international français des équipes de jeunes est maladroit. 67ème minute, et on revoit Modeste qui remplace Bellion, applaudi par le public bordelais ! 70ème minute et une frappe instantanée de Modeste en pivot, qui frôle la lucarne adverse ! Dommage ! Bordeaux tient à garder les trois points et hésite à aller de l’avant en essayant de construire plutôt que de lancer les attaquants, alors que Caen doute. Caen doute ? Et vérification au moment d’écrire ces lignes puisqu’à la 79ème minute, un très mauvais contrôle sur une phase arrêté de Wague va voir jaillir Modeste qui prend l’axe, fixe le gardien, et le trompe aisément d’un beau plat du pied ! Bordeaux mène logiquement 2 à 0 et Gouffran peut quitter sereinement le terrain sous les applaudissements. De l’autre côté, Leca s’est blessé et Dumas a malheureusement effectué ses trois changement. Le Stade Malherbe disputera les dix dernières minutes à dix. 89ème minute, frappe du caennais Traoré, dos au but, à angle fermé, et bien encerclé par Tremoulinas et Planus. Rien d’inquiétant. 90ème minute, Carrasso s’écroule et semble blessé à son tour… Comme de l’autre côté, Francis Gillot a fait ses trois changements… Mais le portier bordelais se relève et finira la rencontre. Reste trois minutes à jouer dans le temps additionnel. 90ème + 2, Bordeaux joue la contre-attaque avec Sertic qui pousse le ballon, mais tarde trop pour la donner à Modeste, et décale finalement pour FBK. Le milieu bordelais centre pour Modeste qui remet en retrait parfaitement pour Sertic qui trompe Thébaux pour la troisième fois de la rencontre ! Mais l’arbitre siffle un hors-jeu pour Modeste…

 

Bordeaux gagne avec de l’envie, la manière, une belle combativité, et a la clé du réalisme qui débloque le match, même si cela arrive un peu tard en deuxième période, pour nos petits cœurs de supporters. La première mi-temps fut aussi intéressante dans le sens où l’envie était clairement visible, mais comme le disait Gouffran à l’interview Foot+ de l’après 45 minutes, « Il faut encore faire plus, on n’est pas assez dans la surface ». Deuxième mi-temps donc sur les mêmes bases, en jouant un peu plus haut, et surtout avec un but qui a décomplexé et encouragé nos protégés. Le deuxième, à dix minutes de la fin, et avec une équipe de Caen assommée, fatiguée, et en manque d’inspiration, aura cette fois-ci à coup sur, tué le match. Première victoire à domicile au bout de la 15ème journée… Triste résultat mais qui aujourd’hui nous parait si grand, si précieux. Bravo Bordeaux !

 

 

 

 

Les joueurs

Cédric Carrasso n’a rien eu à faire en première mi-temps, si ce n’est peut-être d’accompagner une frappe de Frau en sortie de but. Une sortie à l’entrée de la surface aussi pour gêner l’attaquant caennais en seconde. Mais rien d’autre. Aurait clairement pu aller chercher un hot dog à la buvette.

Lamine Sané n’a pas trop été inquiété dans son couloir et nous a épargné quelques boulettes « habituelles ». Quelques imprécisions techniques en seconde, comme cette mauvaise touche à la 68ème, qui redonne le ballon à nos adversaires, mais sinon rien à déclarer. De l’autre côté, Benoit Tremoulinas a été comme à son habitude très entreprenant offensivement avec de belles montées et cette fois-ci de bons centres. Il nous a fait une petite frayeur en seconde, restant au sol, simulant le tordage de cheville. Mais, tout comme Sané, vraiment pas inquiété… Marc Planus n’a pas trop été sollicité en première période, avant de se mettre en valeur sur un trois contre trois en début de seconde. En retard cependant sur un tacle glissé, il récolte logiquement un carton jaune. Carlos Henrique avait sa chance ce samedi soir, en lieu et place de Ciani ou Savic. D’entrée de jeu, le brésilien s’impose physiquement afin d’annihiler les offensives adverses le plus loin de ses cages. Même si au final, que très peu sollicité lui aussi, il reste approximatif et lent sur certaines actions anodines, nous faisant quelques frayeurs, mais comme d’hab sans conséquence.

Et si la défense n’a été que peu sollicité, c’est grâce au travail de l’ombre de Landry Nguemo. Vif, toujours dans l’impact, qui lorsqu’il se fait passer revient à toute allure et se rattrape, il comble les brèches de derrière et récupère pour relancer proprement. Ca, c’est un joueur exemplaire, un milieu défensif de qualité ! Bien aidé aussi par Jaroslav Plasil qui a effectué, surtout en deuxième période, un gros travail défensif. Mais l’International tchèque s’est aussi un peu plus lâché qu’à l’accoutumée puisqu’on le vit souvent apporter son aide devant. Nicolas Maurice-Belay a encore réalisé une belle performance. Etant souvent uniquement dans son couloir gauche en première, il tenta de percer dans l’axe en seconde avec une réussite affolante. Passeur décisif pour la deuxième fois de la saison, il fixe ses adversaires pour décaler parfaitement Gouffran. Henri Saivet était titulaire ce soir dans le couloir droit. Il a apporté beaucoup plus de percussion que ces prédécesseurs, mais a souvent manqué de justesse sur certaines actions, avec quelques mauvais choix. Mais peu importe, il redynamise le couloir droit, et cela fait bien longtemps que nous n’avions pas vu ça. A noter aussi un très bon travail défensif sur son côté, embelli par une volonté d’aller de l’avant derrière. Une bonne surprise.

Devant le manque de réussite des attaquants ces derniers temps, Francis Gillot a tenté d’aligner David Bellion devant. Et là aussi, qu’est ce que cela chance ! Une envie démesurée après quasiment un an et demi de disette ! Il s’est beaucoup dépensé, sans compter, a été combatif et a bien senti les coups. De l’envie à revendre qui lui a apporté une occasion de but et un face à face à Thébaux, malheureusement manquée. Et puis, qu’arrive-t-il à Yoan Gouffran ? Métamorphosé, en plein confiance, il joua en première période dos au but, tout en cherchant derrière les espaces et la profondeur. Beaucoup de volonté aussi, et joue dans tous les registres de l’attaquant moderne, en n’oubliant pas de presser intelligemment et de défendre. Cherry on the cake, il ouvre le score d’une belle frappe placée, et libère Chaban Delmas. Ovationné à sa sortie, logique.

 

 

Fahid Ben Khalfallah avait pour consigne de bien défendre et de jouer simple, les micros de Foot+ retransmettant les paroles du staff « Passe en première intention Fahid, joue simple ». Résultat, premier ballon disputé, il tente de dribbler trois joueurs. Consternant sur cette action. Aurait pu cela dit être dans l’action du troisième but, s’il n’y avait pas eu hors-jeu. Anthony Modeste avait enfin sa chance avec le remplacement de Bellion à la 67ème. Une entrée tonitruante, pleine d’envie et de combativité. Altruiste, il récupère un ballon mal négocié par la défense pour doubler la mise pour son équipe, et assurer la première victoire à domicile. S’est battu, a pressé sans interruption, est buteur, et aurait même pu être passeur décisif si le troisième but avait été accordé. Grégory Sertic est mal entré dans la partie et a fait un mauvais choix sur l’action en fin de match qui nous aurait assuré un 3-0. Pas grave, quand on mène 2-0, on est beaucoup plus clément.

 

 

 

 

Les notes Girondins4ever

Carrasso : 6

Sané : 5

Planus : 7

Henrique : 6

Tremoulinas : 6

Plasil : 7

Nguemo : 7

Maurice-Belay : 8

Saivet : 7

Bellion : 8

Gouffran : 9

 

 

 

 

La feuille de match

15ème journée de Ligue 1
Samedi 26 Novembre 2011 à 19h00

Stade Jacques Chaban-Delmas (Bordeaux)

Arbitre : M. Alexandre Castro

17265 spectateurs

Bordeaux 2 – Caen 0

Buts : Gouffran (59ème), Modeste (79ème).

Cartons jaunes : Planus (57ème) – Raineau (20ème), Deroin (63ème)

Bordeaux : Carrasso – Sané, Tremoulinas, Planus, Henrique – Nguemo, Plasil ©, Maurice-Belay, Saivet (Sertic, 76ème) – Bellion (Modeste, 67ème), Gouffran (Ben Khalfallah, 81ème).

Caen : Thébaux – Raineau, Leca, Wague, Vandam – Nivet (Deroin, 63ème), Seube, Bulot, Hamouma – Frau (Nangis, 62ème), Niang (Traoré, 70ème).

 

 

 

 

Merci Bordeaux, allez Bordeaux !

 

 

MisterInfiny