Bordeaux tombe à Lyon

 

Le résumé

 

Peu de changements dans les plans de Francis Gillot ce soir au stade Gerland, décidant de reconduire son schéma tactique basé sur trois défenseurs centraux. Il y apporte toutefois de légères modifications : Landry Nguemo, usé depuis plusieurs matchs, cède sa place sur le terrain à Gregory Sertic. Nicolas Maurice-Belay est également laissé sur le banc de touche, au profit de Yoan Gouffran, aligné à la pointe de l’attaque girondine aux côtés de Jussiê. Les bordelais se présentent donc face aux lyonnais avec un bloc compact, disposé dans un 5-3-2. De son côté, Rémi Garde a décidé de procéder à un turn-over de son effectif, comme annoncé durant la conférence de presse d’avant-match. Yoann Gourcuff fait notamment son retour dans la composition de départ lyonnaise, tout comme Ederson, Cris ou encore Alexandre Lacazette.

 

 

 

 

Une température glaciale règne sur la pelouse en ce début de rencontre. Les premières minutes ne sont qu’une succession d’approximations, de mauvais choix de part et d’autre. Les équipes usent alors de nombreuses frappes lointaines, toutefois imprécises et inoffensives. Il faut alors attendre la 23ème minute de jeu pour voir la première occasion franche de cette rencontre. Carlos Henrique récupère un ballon à l’entrée de sa surface et tente de lancer Gouffran. Le lyonnais Koné tente d’intercepter le ballon, sans succès, et permet finalement à Yoan Gouffran de le récupérer. Ce dernier lance instantanément son coéquipier Jussiê dans la profondeur, qui file vers le but d’Hugo Lloris pour le tromper d’une frappe au premier poteau. Le gardien lyonnais n’est pas exempt de tout reproche sur cette occasion, ne fermant pas totalement l’angle de son but. La réaction rhodanienne interviendra 4 minutes plus tard avec l’ancien girondin Yoann Gourcuff. Il se charge de tirer un coup franc excentré sur le côté droit de la surface de réparation girondine. Ce dernier enroule sa frappe, qui passe de peu à côté de la lucarne droite de Cédric Carrasso. 28ème minute de jeu, nouvelle occasion pour Bordeaux … Suite à une récupération de balle de Jaroslav Plasil, Jussiê trouve parfaitement son compère de l’attaque Yoan Gouffran qui, d’une frappe croisée rasant le poteau de Lloris, manque de tuer le match en inscrivant le second but de la partie.

 

L’Olympique Lyonnais parvient tout de même à reprendre le dessus sur son adversaire, et finit même par égaliser à la 37ème minute. Lancé par Anthony Reveillère, Yoann Gourcuff, encore lui, fait preuve d’une inspiration pour lancer Ederson dans le dos de la défense girondine. Ce dernier bute sur un Cédric Carrasso des grands soirs, mais profite toutefois à Alexandre Lacazette, laissé seul au second poteau, pour pousser le ballon au fond des filets. L’ensemble de la défense s’est laissé déborder par ce geste parfait de l’ancien meneur de jeu des Marines et Blanc. Le gardien bordelais multiplie ensuite les différentes interventions jusqu’au coup de sifflet de l’arbitre, Philippe Kalt, qui renvoie les deux équipe aux vestiaires.

 

 

 

 

 

La seconde période repart sur des bases identiques à la première. Lyon continue d’exercer sa domination sur le bloc girondin, et tente de le contourner, ou d’user de frappes lointaines. Le brésilien Ederson n’est pas loin d’y parvenir à la 50ème minute, avec cette frappe qui passe à quelques centimètres de la barre transversale de Cédric Carrasso. Les occasions lyonnaises vont dorénavant s’enchaîner, comme à la 55ème minute de jeu, où Ederson remise de la tête sur Lisandro Lopez en retrait, suite à un centre d’Anthony Reveillère. La frappe de l’argentin passe toutefois très largement au dessus de la cage bordelaise. 58ème minute, Ederson évite Marc Planus et lance une nouvelle fois Lisandro, dans la profondeur, et pousse le ballon au fond des filets girondins en trompant Carrasso. Néanmoins, ce dernier est signalé dans une position de hors-jeu et voit son but refusé. Lisandro se retrouve de nouveau en position de marquer dans la minute suivante, sur une ouverture de Yoann Gourcuff, mais bute encore sur Cédric Carrasso. Nouveau but refusé pour l’argentin à la 62ème minute, pour une position de hors-jeu, lancé dans la profondeur par Lacazette.

 

Il faut attendre la 72ème minute pour voir une réaction des girondins, totalement inoffensifs au cours de cette seconde période, laissant la maîtrise du cuir aux lyonnais et ne procédant qu’en contre. Gregory Sertic parvient tout de même à décocher une frappe croisée à ras de terre, qui oblige Hugo Lloris à la détourner en corner, mais ne donne rien. Nouvelle occasion franche pour Lyon à la 79ème minute. Alors que Cédric Carrasso doit s’employer une première fois face à Bafétimbi Gomis, fraichement entré en jeu à la place de Yoann Gourcuff, le gardien girondin doit sortir une nouvelle parade sur une frappe à bout portant d’Alexandre Lacazette. Causant de nombreux problèmes à la défense de Francis Gillot, Ederson cède sa place quelques instants plus tard à Michel Bastos.

 

Intervient ensuite l’un des faits marquants de cette rencontre. Dominés, les girondins réussissent tout de même à lancer quelques contres, comme à la 85ème minute, où Yoan Gouffran parvient à prendre de vitesse le « policier » Cris, avant d’être accroché par ce dernier. L’arbitre de la rencontre siffle un coup-franc en faveur de Bordeaux, mais ne distribue qu’un carton jaune au défenseur central lyonnais, pourtant en position de dernier défenseur, et anéantissant une occasion nette de marquer. Totalement incompréhensible, mais le jeu continue. Cédric Carrasso doit à nouveau faire face aux offensives lyonnaises afin de préserver les chances girondines. Epaulé par Michael Ciani, il gagne ses duels en repoussant des frappes de Kallstrom et Lisandro. La fin du temps réglementaire est sifflée, et les deux équipes doivent se départager au cours de la phase de prolongation.

 

 

 

 

Toujours pas de changement pour Francis Gillot, qui continue de faire confiance aux joueurs présents sur le terrain. Il ne faut toutefois que six minutes aux lyonnais pour faire mentir l’entraîneur girondin. Sur un centre anodin d’Anthony Reveillère, Jimmy Briand manque sa frappe au but, qui profite toutefois à Bafétimbi Gomis, seul au second poteau, qui peut tromper Cédric Carrasso en taclant le ballon. Gillot décide alors de procéder à ses trois remplacements … C’est tout ou rien avec le nordiste. Emiliano Sala peut donc fêter sa première apparition avec les professionnels, en remplaçant le buteur, Jussiê. David Bellion et Nicolas Maurice Belay font également leur entrée, aux dépens de Ludovic Obraniak et Henrique. L’entraîneur des Marines et Blanc décide donc de changer son dispositif tactique et passe dans un banal 4-4-2.

 

Seconde période des prolongations qui débute par un accrochage entre le jeune Lacazette et Yoan Gouffran. Les esprits s’échauffent entre les deux joueurs, qui récoltent chacun un avertissement. Bordeaux tente alors de pousser pour renverser la situation … trop timidement toutefois, et ne parvenant pas à réellement inquiéter Hugo Lloris. La sentence tombe alors à la 118ème minute, au terme d’un contre rondement mené par les attaquants lyonnais, permettant à Jimmy Briand d’inscrire le troisième but de son équipe. Le sort girondin est d’ores et déjà scellé …

 

 

 

 

Les joueurs

 

 

Cédric Carrasso était agacé ce soir. Laissé à l’abandon à plusieurs reprises par ses coéquipiers, il ne peut empêcher son équipe d’encaisser trois buts, malgré de nombreux exploits, qui auront retardé l’échéance. Des signes d’énervement (lorsqu’il frappe le poteau après un double arrêt décisif), et une tentative de rameuter ses troupes à la mi-temps des prolongations qui n’auront pas changé les choses. Une nouvelle prestation de haute-volée pour le portier girondin qui n’aura pas suffi cette fois-ci à apporter la qualification aux siens.

 

Une rencontre comme une autre pour Carlos Henrique, présent au duel, sans fioriture, mais avec son engagement habituel. Marc Planus semble enfin retrouver un niveau de jeu plus en adéquation avec les attentes envers ce joueur. Quelques frayeurs au cours de cette partie, mais il est également l’auteur d’un retour in-extremis sur un attaquant lyonnais, en sortant un tacle dont lui seul a le secret. Espérons qu’il perdure dans cette voie. Aurait pu faire un choix différent sur le premier but, se trouvant bien trop éloigné de Yoann Gourcuff. De son côté, Michael Ciani poursuit sa courbe de progression, avec une nouvelle prestation rassurante. Il a retrouvé la sérénité qui le fuyait depuis de nombreuses semaines, et la différence est flagrante. Sûr de ses gestes, il réalise plusieurs interventions capitales pour endiguer les offensives lyonnaises.

 

Un match en demi-teinte pour le brésilien Mariano. Il a mis plusieurs minutes pour entrer dans cette rencontre avant de se reprendre en lançant des incursions dans la défense lyonnaise. Il finit toutefois par s’éteindre au fil des minutes et perdre de son influence sur son côté droit. Dommage. Une mauvaise soirée pour Benoit Tremoulinas. Totalement à côté de ses pompes durant cette rencontre, il s’est retrouvé complètement dépassé par son adversaire direct, Alexandre Lacazette, tant défensivement qu’offensivement. Très peu en réussite également sur l’ensemble de ses gestes, y compris les plus simples.

 

 

 

 

On ne retrouve pas le Jaroslav Plasil qui avait fait le bonheur des Girondins par le passé. On ne peut pas lui reprocher son activité toujours présente, mais une influence sur le jeu bordelais qui s’amenuise au fil des matchs. Sa position reculée (en l’absence d’Nguemo ce soir) peut notamment expliquer ce manque de mainmise sur le milieu de terrain. Associé au capitaine à la récupération, Gregory Sertic n’aura pas eu, lui non plus, l’influence espérée et entrevue lors de ses dernières sorties. Il fait également preuve de petites maladresses lorsqu’il s’agit de défendre, et provoque quelques coups de sifflet évitables. Ses prestations restent toutefois prometteuses. Excentré sur le côté gauche du milieu de terrain, Ludovic Obraniak peine toujours à trouver sa place dans le collectif girondin. Ses qualités techniques sont indéniables mais ne suffisent pas pour l’instant à prendre l’ascendant sur ses adversaires. Espérons que les choses s’arrangeront en trouvant les bons automatismes avec ses coéquipiers.

 

 

Ce début d’année 2012 réussit parfaitement bien à Jussiê. Déjà buteur ce week-end face à Toulouse, le brésilien récidive ce soir en inscrivant le but bordelais. Bien lancé dans la profondeur par son compère de l’attaque, il file au but pour fixer Hugo Lloris, et le tromper dans l’angle fermé par le gardien lyonnais, pas impérial sur cette frappe. Peu en vue sur le reste de la rencontre, il réalise toutefois une bonne prestation ce soir. Remplaçant samedi soir, Yoan Gouffran faisait son retour dans le onze titulaire de Francis Gillot. Pourtant auteur d’une passe décisive, il ne s’est retrouvé que très rarement en position dangereuse, et faisait preuve de maladresse dans le cas contraire. A noter tout de même une jolie frappe à ras de terre, qui frôle le montant d’Hugo Lloris. Où est donc passé le Gouffran en totale réussite ?

 

 

Entrés durant les prolongations, les remplaçants n’auront bénéficié que de très peu d’occasions pour se mettre en valeur durant cette période. Comme à son habitude, Nicolas Maurice-Belay aura tout tenté sur son côté gauche, provoquant tour à tour ses adversaires, avec plus ou moins de réussite. A noter tout de même la première apparition d’Emiliano Sala avec les professionnels. Toutefois, le peu de ballons à négocier et le scénario de la rencontre n’ont pas facilité l’intégration de ce jeune attaquant argentin. Même constat pour David Bellion.

 

 

La feuille de match

 


Coupe de France, Huitièmes de finale

Mercredi 8 Février 2012 à 16h15

Stade Gerland (Lyon)

Arbitre : Philippe Kalt

Lyon – Bordeaux

Buts : Lacazette (37ème), Gomis (96ème), Briand (118ème) – Jussiê (23ème)

Cartons jaunes : Cris (85ème), Lacazette (109ème) – Gouffran (109ème)

Lyon : Lloris, Réveillère, Cris, B.Koné, Dabo, Fofana, Källström, Lacazette, Gourcuff (Gomis, 69ème), Ederson (Bastos, 82ème), Lisandro.

Bordeaux : Carrasso, Mariano, Henrique (Bellion, 105ème), Planus, Ciani, Trémoulinas – Plasil, Sertic, Obraniak (Maurice-Belay, 105ème), Gouffran, Jussiê (Sala, 105ème).

 

 

Les notes Girondins4ever

 

Carrasso : (Aucune note suffisante)

Mariano : 6

Planus : 6

Ciani : 7

Henrique : 6

Tremoulinas : 2

Sertic : 4

Plasil : 4

Obraniak : 5

Jussiê : 7

Gouffran : 4

 

 

Crédits photos : Foot01, Girondins.com, Ouest France, Chronofoot