Bilan 11-12 : Jaroslav Plasil

 

Le brassard, pas pour lui…

On ne sait pas si c’est le fait de ne pas être parti à l’été 2011, mais Jaro n’a pas été aussi bon cette année que les deux précédentes saisons passées aux Girondins. Moins impliqué, moins décisif, il a produit une saison assez bonne, et encore. Ça va nous valoir les foudres de pas mal de supporters du FCGB, mais c’est une réalité. Après deux saisons géniales à tout donner, à se battre comme un chien, à chercher la solution pour sortir son club de la merde, Jaro a semblé à bout de souffle, physiquement et psychologiquement. Il y a bien eu des éclairs de génie – son talent est tel qu’il ne pouvait en être autrement – mais il n’a pas tiré l’équipe vers le haut lorsqu’elle en avait bien besoin. Ce sont finalement des mecs comme Carrasso ou le néo-bordelais Obraniak qui se sont chargés de créer le renouveau girondin après la trêve hivernale. Jaro, le capitanat, il l’a, mais on sent que ça n’est pas son truc. Il nous manque toujours ce leader charismatique, agressif, voire méchant, du milieu de terrain (RIP Balmont). Vous savez, ce genre de type qui ferait en sorte d’éviter des déroutes à la toulousaine, où, menant pourtant 2-0 haut-la-main, les Bordelais ont réussi à se faire niquer 3-2 !


Ronchon Jaro ?

Malgré un rendement en baisse, Jaro est le bordelais le plus utilisé par Francis Gillot, avec 3355 minutes passées sur le pré. Le signe d’une confiance aveugle pour un joueur qui a toujours montré l’exemple. Malgré un certain goût d’inachevé cette saison, l’international tchèque présente des stats’ honorables avec trois buts marqués et cinq passes décisives réussies. Des chiffres qui plairaient à n’importe quel jeune joueur professionnel, mais pour Jaro ça ne suffit pas, notamment en ce qui concerne les passes décisives. Au delà des statistiques, c’est l’attitude, et notamment l’agacement perpétuel de Plasil qui a marqué. 5 cartons jaunes pour un milieu plutôt offensif c’est pas mal non ? L’impression donnée est qu’il avait moins la gnaque, qu’il était sur les nerfs, en match comme à l’entrainement. Peut-être était-ce dû aux nombreuses fautes (68) dont il fut victime sur le terrain… Si avant il haranguait ses partenaires, les encourageait, les exhortait à ne pas lâcher, cette saison il a plus ruminé qu’autre chose, râlé, pesté contre l’arbitre ou même ses partenaires. Du coup, son rendement s’en est ressenti.

 

 

 

 

La question de son non-départ

La faute à un départ avorté ? Peut-être. Le champion de France 2011 lillois le voulait pour remplacer le néo-Magpie, Yohan Cabaye, la Premier League justement lui faisait les yeux doux, mais Jaro est finalement resté à Bordeaux, pour le plus grand bonheur des supporters Marine et Blanc. Mais lui, qu’est-ce qu’il en a pensé de ce faux-départ ? Lassé de ne pas jouer de coupe d’Europe aux Girondins, Jaro voulait – et veut toujours – évoluer au plus haut niveau. Il semble également de plus en plus agacé du peu d’ambition de Triaud and Co (là-dessus, tout le monde le suit…). Il souhaiterait toujours aller voir ailleurs. Malgré une Europa League que Bordeaux jouera (sérieusement) en 2012-2013, Jaro souhaiterait toujours prendre ses cliques et ses claques. Ses chances de départ seraient même très fortes. Destination l’Angleterre ? Peut-être. Un autre pensionnaire de Ligue 1 ? Pourquoi pas…

 

 

Sa note Girondins4ever

La moyenne G4E de la saison est de 5,2/10 pour Jaro, un joueur qui a toujours fait de son mieux sur le terrain, malgré la fatigue physique et psychologique, ainsi que les fautes (nombreuses) qu’il a subies. Titulaire à chaque rencontre, Jaro aurait peut-être dû rester sur le banc de temps en temps, son rendement aurait peut-être été meilleur… Peut importe. Un gros point positif est à mettre en avant également : sa belle entente naissante avec Ludovic Obraniak. Entre joueurs de l’Est, on se comprend… LOL. Sérieux, lors du dernier match à Saint-Etienne notamment – ou même à Lille -, l’entente était parfaite, les mouvements superbes et les défenseurs adverses totalement déboussolés par tant de justesse technique. En espérant voir cela de nouveau la saison prochaine, avec un Jaro plus souriant. En tout cas, si départ il y a, merci pour tout Mr Plasil ! Bon vent !

 

 

 

 

Les stats

Ligue 1

38 matches joués, dont 38 en tant que titulaire

3355 minutes passées sur le terrain

3 buts inscrits (à Auxerre (2-4), Brest (0-2) et contre Nancy (2-0) )

5 passes décisives effectuées

15 tirs cadrés

5 cartons jaunes

47 fautes commises

68 fautes subies

 

 

Coupe de France

2 matches titulaires

240 minutes jouées

 


Coupe de la Ligue

Néant